No Poo : plus qu’une tendance, le meilleur pour nos cheveux et notre planète ?

No Poo : plus qu’une tendance, le meilleur pour nos cheveux et notre planète ? © stock.adobe.com

No-poo pour no-shampoo. Cela fait désormais une petite dizaine d’années que cette tendance s’est installée. Finis les shampoings chers, bourrés de tensioactifs irritants pour la peau et les muqueuses comme les sels d’ammonium et le Sodium Laureth Sulfate (SLS) !

Publié le

 No Poo pour No Shampoo !

Au-delà de la lutte contre les déchets plastiques et autres contenants, la tendance est à la fin de l’utilisation des produits venus de l’industrie. En cause, les principaux composants des shampoings industriels : des tensioactifs irritants pour la peau et les muqueuses comme les sels d’ammonium, silicones et autres Sodium Laureth Sulfate (SLS). No Poo ne veut pas dire que l’on ne se lave plus les cheveux, mais tout simplement que l’on utilise plus de shampoing ou même d’après shampoing industriels.

 Réduire la fréquence de ses lavages de cheveux

Plus vous lavez fréquemment vos cheveux et plus vous aurez besoin de les laver souvent. C’est assez simple. Si chaque lavage semble vous faire du bien, vos cheveux ne partagent pas votre avis. Votre corps va réagir en générant de nouveau des corps gras afin de les protéger contre cette agression. Et ainsi de suite, plus vous lavez vos cheveux, plus votre corps est habitué à mettre en place ses défenses naturels. Cheveux gras, irritations, pellicules, et c’est parti !

 Arrêter de se laver les cheveux ?

Non ! Évidemment pas. Ce n’est pas une solution, car vous avez tout de même besoin de vous sentir bien. Frais et propre. Et bonjour les cheveux gras... Commencez par réduire la fréquence de vos lavages, 1 jour sur deux, puis 1 jour sur trois, et pourquoi pas aller jusqu’à 1 fois par semaine. Si vous avez tendance avoir les cheveux gras, il faut impérativement changer votre façon de vous laver. Votre corps produit une forte protection contre ces agressions. Votre shampoing actuel, sans doute anti-cheveux gras et juste l’opposé de celui que vous devez utiliser.

© Zurbains.com/stock.adobe.com

 L’après-shampoing meilleur que les shampoings ? Mouef...

No-Poo ne veut pas dire que l’on va se laver les cheveux avec de l’après shampoing. Ce serait alors par la suite du No After Poo ? Ces après shampoings industriels sont certes moins agressifs que les shampoings, mais restent encore assez peu naturels. Avoir recours à un après shampoing au lieu d’un shampoing est certes déjà un premier pas vers le bon sens. Ces après shampoings sont moins agressifs, mais ils ne doivent pas non plus être utilisés trop fréquemment.

 No-Poo ? Vraiment ? Enfin no-poo ou presque...

Le No-poo ce n’est pas se laver les cheveux avec de l’après shampoing :) C’est se lever naturellement les cheveux, avec le moins d’agents lavants possible. Le savon de Marseille est très sain, mais ce n’est pas le seul produit. Il faut savoir que pour se laver, le produit utilisé doit contenir des matières grasses. Pour dégraisser votre tête, il faut utiliser des graisses, comme celles contenus dans le savon par exemple. Certains et surtout certaines fabriquent elles-mêmes leur préparation afin de remplacer leur shampoing. Pas de recette miracle, puisque il existe différents types de cheveux, de quantité de sébum produit, etc.

 Le bicarbonate de soude est l’ami des cheveux

À consommer avec modération. Grâce à sa composition, le bicarbonate de soude nettoie et fait briller les cheveux. Mais surtout, il permet d’assainir la fibre et donc d’espacer de plus en plus ses lavages. Au fur et à mesure des utilisations, les cheveux graissent moins vite. De plus, ce produit est non allergène. Mais attention au rinçage. Le bicarbonate de soude est abrasif. Il ne faut donc pas trop frotter au rinçage. Par ailleurs, l’utilisation recommandée du bicarbonate de soude est limitée à 1 fois par semaine.

 Huiles essentielles, oui mais... Pas trop !

Les sites de commerces en ligne n’en finissent plus de vendre des huiles essentielles à toutes les sauces. Donc évidemment, avec la tendance No-Poo, les huiles essentielles sont encore sur le devant des étales. Les huiles essentielles sont des puissants toxiques, car leur concentration est trop forte pour l’être humain. Donc prudence. Même l’inhalation est dangereuse pour la sante. Alors si votre recette de shampoing maison indique de mettre 20 gouttes d’huile essentielle de bois de rose ou autre, réduisez le dosage par deux. Cela ne changera rien à l’odeur de votre produit maison, et la quantité de graisse sera suffisante.

 Recette shampoing naturel maison, classique

Pour fabriquer un flacon de 250 ml, on se procure 200 ml de base lavante neutre, on ajoute 10 gouttes d’huile essentielle (arbre à thé ou de bois de rose par exemple). On ajoute ensuite, 10 ml d’huile végétale pour hydrater et nourrir les cheveux.

 Recette shampoing naturel Aloe Vera / Miel

Commencez par mélanger 1 quart de gel d’aloe vera et 2 cuillères à soupe de miel avec un fouet. La texture finale doit être complètement lisse. Appliquez sur cheveux humides puis laissez agir quelques minutes. Rincez à l’eau tiède.

 Recette à l’huile d’argan ou de jojoba

Sensiblement plus commerciales, mais également plus agréables à l’utilisation, les shampoings maisons pourront être confectionnés à partir d’huile d’argan ou de jojoba, permettant de mieux nourrir les cheveux. Les sites commerciaux mettant en avant ces recettes sont légion, montrant ainsi l’intérêt lucratif de ces produits. Si lâcher les produits industriels pour payer le prix fort, ces sites vous vendront avec plaisir des produits nettoyants naturels comme le rhassoul ou le shikakaï. Comparez les prix avant d’acheter...

Le rhassoul ? Le rhassoul est une argile naturelle riche en magnésium et en lithium qui vient du Moyen Atlas au centre du Maghreb. Répertorié comme ingrédient, sa désignation INCI est Moroccan lava clay, son nom INCI en français, ghassoul. Dissous dans de l’eau, il donne une sorte de boue aux propriétés détersives et dégraissantes.

Le shikakaï ? Le shikakaï est une poudre ayurvédique utilisée en Inde pour laver et conditionner les cheveux. Cette poudre est obtenue à partir des cosses de l’Acacia Concinna.

Gérer son budgetÉcologieEmpreinte écologique

Votre avis

Forum des lecteurs : votre opinion, un témoignage, un avis, lancez un débat!