Additif E171 (dioxyde de titane - TiO2) : illégal au 1er janvier 2022 pour une année de plus

Additif E171 (dioxyde de titane - TiO2) : illégal au 1er janvier 2022 pour une année de plus © stock.adobe.com

Depuis 2020, chaque année la suspension de la mise sur le marché des denrées contenant l’additif E 171 (dioxyde de titane - TiO2) est reportée pour une année. La loi a été publiée au Journal Officiel pour interdire le E171 à compter du 1er janvier 2022 pour une année. Et pourquoi pas définitivement ?

Publié le

 Dioxyde de titane

Depuis le 1er janvier 2020, le dioxyde de titane est interdit dans l’alimentation pour une durée d’un an. Auparavant très courant dans les bonbons, chewing-gums, sauces, gâteaux, glaces, ce colorant ne peut plus être utilisé dans les produits commercialisés en France. Cette suspension provisoire ne concerne malheureusement pas les autres produits qui en contiennent et que nous ingérons pourtant, volontairement ou non. Utilisé pour blanchir ou faire briller la pâte, on retrouve ce colorant dans la très grande majorité des dentifrices. Cette substance est massivement utilisée comme excipient (et non comme principe actif) dans plus de 4 000 médicaments : Doliprane, Spasfon, Efferalgan, Advil…. Attention, ceci ne doit pas justifier l’arrêt d’un traitement.

L’interdiction du dioxyde de titane dans l’alimentation fait suite à la publication d’une étude montrant que l’ingestion de dioxyde de titane peut entraîner des lésions pré-cancéreuses chez des rats. L’ANSES, l’agence sanitaire française, avait alors reconnu l’importance de cette étude et conclu à la nécessité d’appliquer le principe de précaution.

 Arrêté du 21 décembre 2021 portant suspension de la mise sur le marché des denrées contenant l’additif E 171 (dioxyde de titane - TiO2)

Source : JORF n°0304 du 31 décembre 2021, Texte n° 63

Publics concernés : opérateurs économiques mettant sur le marché ou commercialisant des denrées alimentaires ; consommateurs.
Objet : reconduction de la mesure de suspension de la mise sur le marché des denrées alimentaires contenant l’additif E 171 (dioxyde de titane - TiO2) prévue par l’arrêté du 17 avril 2019 (https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2019/4/17/ECOC1911549A/jo/texte).
Entrée en vigueur : l’article 3 du présent arrêté prévoit qu’il entre en vigueur à compter du 1er janvier 2022.
Notice : la mise sur le marché des denrées alimentaires contenant l’additif E 171 (dioxyde de titane - TiO2) est suspendue depuis le 1er janvier 2020 par l’arrêté du 17 avril 2019 (https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2019/4/17/ECOC1911549A/jo/texte) pour une durée d’un an. Cette mesure a été prise à la suite d’une étude de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) publiée le 20 janvier 2017 qui suggère que l’utilisation de l’additif E 171 dans les denrées alimentaires est susceptible de générer des effets initiateurs et promoteurs des stades précoces de la cancérogénèse colorectale. Les études permettant la fixation d’une dose journalière admissible relative à cet additif, recommandées par l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), n’avaient pas été finalisées en temps utile par les professionnels. Des travaux conduits par l’EFSA concernant l’évaluation de l’innocuité de l’additif E 171 étant toujours en cours au niveau européen fin 2020, le gouvernement, par mesure de précaution, a maintenu en 2021 cette suspension par l’arrêté du 21 décembre 2020 (https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042722263).
L’EFSA a publié le 6 mai 2021 un avis relatif à la réévaluation de l’additif alimentaire dioxyde de titane. Dans cet avis, l’agence conclut qu’au regard des études et données actuellement disponibles et notamment du fait que la génotoxicité des particules de dioxyde de titane ne peut être exclue, l’additif E171 ne peut plus être considéré comme sûr. En conséquence, les Etats membres de l’Union européenne ont approuvé la proposition de règlement de la Commission visant à interdire l’utilisation de cet additif. Ce règlement devrait être applicable courant 2022 dans un délai de six mois à compter de sa publication au Journal officiel de l’Union européenne.
Pendant ce délai et afin de garantir l’absence de nouvelle mise sur le marché français de denrées alimentaires contenant du dioxyde de titane en tant qu’additif, la mesure de suspension est maintenue en 2022.
Références : le présent arrêté peut être consulté sur le site Légifrance (https://www.legifrance.gouv.fr).

La ministre de la transition écologique, le ministre de l’économie, des finances et de la relance et le ministre délégué auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, chargé du tourisme, des Français de l’étranger et de la francophonie et auprès du ministre de l’économie, des finances et de la relance, chargé des petites et moyennes entreprises,
Vu le règlement (CE) n° 178/2002 du Parlement européen et du Conseil du 28 janvier 2002 modifié établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire, instituant l’Autorité européenne de sécurité des aliments et fixant des procédures relatives à la sécurité des denrées alimentaires, notamment son article 54 ;
Vu le règlement (CE) n° 1333/2008 du Parlement européen et du Conseil du 16 décembre 2008 modifié sur les additifs alimentaires ;
Vu le code de la consommation, notamment son article L. 521-17 ;
Vu la loi n° 2018-938 du 30 octobre 2018 pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous, notamment son article 53,
Arrêtent :

 Article 1

La mise sur le marché des denrées alimentaires contenant l’additif E 171 (dioxyde de titane - TiO2) est suspendue pour une durée d’un an.

 Article 2

Les frais afférents à l’application des dispositions du présent arrêté sont mis à la charge du responsable de la mise sur le marché national des denrées contenant l’additif E 171.

 Article 3

Le présent arrêté entre en vigueur le 1er janvier 2022.

 Article 4

La directrice générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes est chargée de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Dioxyde de titane (E171)

Votre avis

Forum des lecteurs : votre opinion, un témoignage, un avis, lancez un débat!