Lâcheté, résignation et (vrais/faux) bons sentiments : le cocktail de la déliquescence avancée de notre État de droit © stock.adobe.com

Lâcheté, résignation et (vrais/faux) bons sentiments : le cocktail de la déliquescence avancée de notre État de droit

Publié le  à 0 h 0

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, ne recevra finalement pas la famille d'Adama Traoré après le refus des proches du jeune homme au nom de la séparation des pouvoirs. Comment expliquer un tel cafouillage ? Est-il symptomatique de la déliquescence de notre Etat de droit ?

Votre avis

Forum des lecteurs : votre opinion, un témoignage, un avis, lancez un débat!