iPhone : le premier virus reconnu officiellement WireLurker fait trembler le pommier

Les premiers vers sont déjà dans la pomme...

Réputé pour être sans virus, les iPhone, ne le sont plus. Le premier virus, reconnu officiellement par Apple, a fait son apparition et surtout ses preuves de contamination. Chinois, il s’installe via des applications non certifiées que l’iPhone soit bricolé, ou pas.

vendredi 7 novembre 2014, par

iPhone : le mythe d’un monde sans virus tombe officiellement

Cela ne date pas d’aujourd’hui. Les virus sur iPhone, peu nombreux, ont toujours été existants. Mais la nouveauté, c’est qu’Apple reconnaît maintenant officiellement leur existence. Apple confirme avoir fait ce qu’il faut pour ne plus risquer une attaque massive.

Les virus s’installent via des applications tierces

Evidemment, installer des applications est un moyen facile pour installer des virus. Surtout quand ces applications ne sont pas certifiées par Apple.

Dans un communiqué, Apple déclare être « informé de l’existence d’un logiciel malveillant disponible depuis un site de téléchargement et ciblant les utilisateurs en Chine ». Les applications identifiées ont été « bloquées » à distance et ne pourront plus se lancer. Apple a fait de la sécurité un point de différenciation par rapport à Android. Lors de sa conférence annuelle de développeurs, le PDG de la société, Tim Cook, a signalé que 99% des logiciels malveillants recensés sur mobile touchaient Android. Apple a fait de la Chine une priorité de son développement. Il va notamment plus qu’y doubler le nombre de ses Apple Store durant les deux prochaines années.

Un nouveau virus chinois : WireLurker

Une nouvelle souche de virus touchant l’iPhone a été détectée en Chine. Il s’agit du premier logiciel malveillant connu à ce jour capable d’infecter des applications installées sur un téléphone d’Apple, qu’il soit ou non débloqué (« jailbreaked »), selon les ingénieurs de la société Palo Alto Networks, à l’origine de la découverte.

Le virus a été baptisé WireLurker. Il se propage lorsque l’iPhone est connecté à un Mac par un câble USB, pour être synchronisé ou rechargé. WireLurker substitue des applications authentiques par des versions vérolées, qui serviront plus tard à expédier des informations confidentielles aux pirates. WireLurker sait pour l’instant remplacer les applications TaoBao et AliPay, le système de paiement d’Alibaba, sur les iPhone débloqués. Sur les autres, il installe une application de bande dessinée, qui n’est pas malveillante mais prouve que ces appareils ne sont pas immunisés. « Cela démontre que cette méthode peut être utilisée pour percer la muraille érigée par Apple autour des appareils iOS », explique Ryan Olson, directeur des recherches sur les menaces de Palo Alto Networks, au New York Times.

Les applications bloquées à distance par Apple

La menace reste pour l’heure confinée à la Chine. Avant de toucher les iPhone, WireLurker doit être implanté sur les Mac. Pour l’heure, il se propage dans des logiciels installés depuis le Maiyadi App Store, une boutique chinoise d’applications concurrente du Mac App Store d’Apple. Quelque 467 applications infectées ont été téléchargées 356.104 fois depuis six mois. Elles ont pu toucher « des centaines de milliers d’utilisateurs », selon Palo Alto Networks. Les auteurs de cette découverte recommandent d’éviter cette boutique d’applications et de ne relier des iPhone qu’à des ordinateurs de confiance.

La tribu éco-citoyenne a la parole !
Un message, un commentaire ?
Forum

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

CORRIGÉ : Rénovation urbaine : 5 milliards débloqués en six mois (gouvernement)

jeudi 23 mai 2019

Les grues reviennent dans nos quartiers : cinq milliards d’euros ontété engagés par l’agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), a (...)

Foncier agricole : les prix des terres d'élevage en net recul en 2018 (FnSafer)

jeudi 23 mai 2019

L’écart entre les prix des terres agricoles destinées à la culture et celles vouées à l’élevage est au plus haut depuis 1997, en grande partie (...)