Les victimes de la mode sont maintenant victimes de la crise.

Coup dur pour la sphère du textile et de l’habillement.

Une septième année de baisse est attendue dans le monde de l’habillement et du textile. 2014 ne sera donc pas l’année de la folie des dépenses chez les français. Ou du moins, pas en matière de vêtements. Voilà qui ne laisse présager rien de bon pour les enseignes de prêt-à-porter…

samedi 7 décembre 2013, par

© fotolia.com

« La crise que nous vivons est la pire depuis 1930 ».

Telles sont les paroles inquiétantes du directeur de l’Institut Français de la mode. Selon les données transmises à l’agence de presse Reuters, les ventes auraient reculé d’au moins 2,1 % rien qu’en 2012. Un chiffre qui laisse indiquer environ 30 milliards d’euros de bénéfices en moins. Les estimations en cours pour l’année prochaine vont bon train concernant une baisse supplémentaire de 1,4%, ce qui est toutefois légèrement plus encourageant que pour les années précédentes.

Pointée du doigt pour justifier de tels résultats, la crise économique de 2008, qui ajoute ainsi le secteur vestimentaire à sa longue liste de victimes. Celui-ci a vu sa valeur financière diminuer de 11% depuis. Néanmoins, les ventes de vêtements en ligne ne connaissent pas vraiment ce problème et représentent 13% du marché de l’habillement en France. Entre 2011 et 2012, leur taux a augmenté de 1,5%, ce qui ne laisse pas les géants du e-commerce indifférents. Au contraire, ils sont maintenant bien conscients que l’offre qu’ils proposent est attractive pour de plus en plus de consommateurs.

En parallèle, une certaine hausse des prix a vu le jour.

© fotolia.com

Seulement 3,2% du budget des ménages est destiné aux dépenses qu’ils font pour leur garde-robe… pour l’instant. Car il y a de fortes chances que ce chiffre, déjà le plus infime du continent européen, diminue de plus belle. Même chez les enseignes de prêt-à-porter soi-disant accessibles à tous, comme H&M par exemple, les prix ont augmenté. Apparemment un chouïa trop, puisqu’on voit fréquemment plusieurs magasins effectuer des remises plutôt inattendues et exceptionnelles, dans des périodes spécifiquement hors soldes.

Parfois, les réponses à certaines questions sont relativement simples : si les ménages accordent de moins en moins d’argent à l’habillement, alors certes, c’est qu’ils en ont beaucoup moins ; mais cela veut surtout dire que les montants de l’industrie de la mode sont devenus inabordables pour un grand nombre de gens. Les magasins de vêtements et de textile en sont bien conscients, mais la seule réponse qu’ils sont en mesure d’apporter est la hausse des prix de vente. La crise économique a de ce fait instauré un véritable cercle vicieux. On peut toujours se rassurer sur la situation en se disant que le marché des accessoires a augmenté de 4%, lui. Aller, allons donc nous offrir quelques bijoux et autres sacs ou foulards, et acceptons notre sort !

La tribu éco-citoyenne a la parole !
Un message, un commentaire ?
Forum

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

France : le patrimoine net des ménages a augmenté de 3,8% en 2017

jeudi 17 janvier 2019

Le patrimoine net des ménages en France a augmenté de 3,8% en 2017, après 3% en 2016, une hausse imputable aux deux tiers aux prix de (...)

Crédits immobiliers en France : désormais sous l'inflation, les taux n'ont pas rebondi en 2018

jeudi 17 janvier 2019

Les banques françaises ont légèrement abaissé en décembre les taux d’intérêts des crédits immobiliers aux particuliers, ces derniers achevant (...)