H&M : les prix risquent d’augmenter au profit des ouvriers !

Ce sont les 850 000 salariés de la marque suédoise qui vont se réjouir.

Lundi 9 décembre, une réunion à Stockholm a donné lieu à cette décision, que le géant du prêt-à-porter H&M a annoncée à des organisations non gouvernementales. L’objectif ? Que ses ouvriers du textile dans le monde entier soient mieux rémunérés d’ici l’année 2018.

mercredi 11 décembre 2013, par

© fotolia.com

Une nouvelle politique salariale.

Que les prix des produits commercialisés par Hennes et Mauritz augmentent ? Une « possibilité » selon la directrice du développement durable de l’entreprise Helena Helmersson. Pour le moment, aucune inquiétude à avoir, cette décision ne risque pas d’être appliquée dans l’immédiat. Les nombreux clients d’H&M, dont le bénéfice net a évolué de 6,6% en 2012 par rapport à l’année précédente, peuvent donc se rassurer.

Déjà, en novembre dernier, l’entreprise avait annoncé qu’elle allait adopter une « politique de salaires équitables ». Selon les affirmations qu’elle avait publiées dans un communiqué, elle considère que « tous les ouvriers du textile devraient être en mesure de vivre de leur salaire ». En réalité, ces ouvriers ne sont pas des salariés de la marque de manière directe. Mais celle-ci vise tout de même à encourager des revenus suffisants pour subvenir aux besoins de ceux-ci, surtout lorsqu’ils travaillent dans des pays en voie de développement et dans de mauvaises conditions. Autres mesures que l’entreprise souhaiterait mettre en place : des syndicats et des formations. Grâce à la notoriété et sa taille, elle espère qu’elles pourront réellement être appliquées, et ce, non sans l’aide de leurs nombreux fournisseurs et des gouvernements dans les pays concernés.

H&M et ses actions pro-développement durable et environnement.

Dans de nombreux pays, les salaires ne sont pas assez élevés et malgré un travail conséquent fourni, les ouvriers du textile ne peuvent pas vivre de leurs paiements. Le SMIC au Bangladesh est de 49 euros par mois. Et encore, il vient seulement d’être rehaussé suite à une décision de l’état. Une bonne volonté de la part d’H&M, mais encore faudrait-il que l’augmentation des prix n’affecte pas son chiffre d’affaire.

Fin novembre, le groupe annonçait que pour produire ses fourrures Angora, il n’achetait que chez les organisations et les fermes respectueuses des animaux. Pourtant, à peine quelques jours plus tard, il annonce qu’il arrête cette production. Une vidéo scandaleuse venait en effet d’être diffusée sur le net, qui dévoilait les tortures infligées à des lapins en Chine. Les lapis étaient écorchés vivants, c’est dire la cruauté de ces actes. Selon la PETA, cette méthode fait non seulement gagner du temps, mais permet également d’obtenir des poils plus longs et d’une qualité supérieure. Camilla Emilsson Falk, porte-parole d’H&M, avait alors annoncé « Nous arrêtons la production ». Malgré cela, il aurait été nettement plus crédible de la part du magasin de retirer ces produits de la vente afin de prouver son engagement dans la défense des droits des animaux. Une bonne action, donc, mais réalisée qu’à moitié. Dommage. On ne peut s’empêcher de se demander : en sera-t-il de même pour cette nouvelle politique salariale, ou bien H&M ira bel et bien jusqu’au bout de ses idées ?

La tribu éco-citoyenne a la parole !
Un message, un commentaire ?
Forum

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

France : le patrimoine net des ménages a augmenté de 3,8% en 2017

jeudi 17 janvier 2019

Le patrimoine net des ménages en France a augmenté de 3,8% en 2017, après 3% en 2016, une hausse imputable aux deux tiers aux prix de (...)

Crédits immobiliers en France : désormais sous l'inflation, les taux n'ont pas rebondi en 2018

jeudi 17 janvier 2019

Les banques françaises ont légèrement abaissé en décembre les taux d’intérêts des crédits immobiliers aux particuliers, ces derniers achevant (...)