Les Français moins enclins à épargner en 2019, à l’inverse de la majorité des Européens ?

Alors que le taux d’épargne des Français est sensiblement stable à 14% à fin 2018, l’Observatoire Cetelem 2019, dans son étude portant sur les tendances de la consommation au travers de 17 pays européens, marque un fort recul de la volonté des Français d’épargner sur 2019. Ces derniers ayant par ailleurs une perception d’une baisse de leur pouvoir d’achat en 2018, alors que les chiffres montrent le contraire.

mercredi 13 février 2019, par

L’Observatoire Cetelem dresse un tableau sombre du moral des Français. Très inquiets, leur ressenti négatif sur le pouvoir d’achat s’oppose à la statistique économique qui indique une hausse de ce dernier (+3.40% en 2018/2019 selon l’INSEE). Ainsi, le pouvoir d’achat global devrait avoir progressé d’environ 1,4 point en 2018 et pourrait encore progresser en 2019 selon des prévisions publiées par l’Insee en fin d’année dernière. Mais les Français interrogés dans cette étude sont, comme chaque année, les plus nombreux en Europe à considérer que leur pouvoir d’achat a baissé : 59 % contre 33 % en moyenne européenne. Voisins même dans leurs opinions, les Belges sont 43 % à constater ce même phénomène.

Une inquiétude plus forte devrait être synonyme d’une forte poussée de l’épargne, afin de se prémunir contre des jours plus difficile. Le taux d’épargne des Français restait stable à la fin 2018, à un haut niveau en Europe, à 14.06% (chiffres Banque de France), et ce, malgré la forte chute des marchés financiers en fin d’année. Et bien, toujours selon l’étude, il n’en est rien, puisque les Français, champions du pessimisme serait les plus enclins à réduire leur effort d’épargne. Allez comprendre.

Une propension générale en Europe à se tourner vers l’épargne… Sauf en France

Au sommet du classement des futurs épargnants, on retrouve les Norvégiens, les Portugais, ou encore les Suédois et les Danois qui affichent clairement et nettement leurs intentions (respectivement 71 %, 64 %, 63 % et 63 %). À l’inverse, Français, Belges et Slovaques forment le trio de ceux qui rechignent le plus à mettre de l’argent de côté (respectivement 29 %, 36 % et 38 %). Notons surtout que d’une manière générale ces intentions d’épargner sont en forte hausse dans la plupart des pays, particulièrement dans l’est de l’Europe (+17 points en Bulgarie, +12 points en Hongrie et +11 points en Roumanie et Pologne) (Fig. 5). Elles sont seulement en recul en France, Italie et Belgique (respectivement -7, -6 et -5 points).

La tribu éco-citoyenne a la parole !