Faut-il vraiment continuer de lire les articles dont le titre commence par Que faut-il penser de... ? © stock.adobe.com

Faut-il vraiment continuer de lire les articles dont le titre commence par Que faut-il penser de... ?

Faut-il avoir peur de ... ? Que faut-il penser de ... ? que vaut... ? Vous avez sans doute lu de nombreux articles titrés ainsi. Tout laisse à penser que ces articles ne devraient pas exister, il s’agit de vous inciter à avoir une opinion... Alors que seule la votre devrait compter à vos yeux, et pas celle du journaliste ou rédacteur... Véhiculant le plus souvent des informations présentées sous un angle spécifique, de fait, partial.

Publié le

Que faut-il penser de... ? Que vaut.. ? Faut-il... ? Qui n’a pas lu un de ces "soap" articles, le plus souvent ne répondant évidemment pas à la question posée, car l’idée est avant tout d’attirer le lecteur... Et la lecture de ces articles se termine par du temps perdu.

Que faut-il penser de ces articles commençant par Que faut-il penser de ... ?

Si les journalistes de toutes tendances, dans les médias les plus lus, écrivent de tels articles, c’est parce qu’ils sont le plus largement lus ! Et oui, si les lecteurs se détournaient systématiquement de ces pseudos articles d’information, personne n’en écrirait plus. Là encore, la faute est au consommateur, au lecteur et non pas au producteur. C’est vrai dans tous les domaines.

Pourquoi titrer les articles ainsi ?

C’est un phénomène assez surprenant, mais nous sommes très influençables. L’usage fait des réseaux sociaux, et les conséquences des mouvements de désinformation le confirment. Il est facile de faire adopter une opinion à de nombreuses personnes, lorsqu’elles n’en ont pas une. Et oui. Une fois que vous avez votre propre opinion, vous ne lirez que les articles qui vont vous conforter dans cette même vue.

Forger sa propre opinion est une nécessité

Nous l’avons bien vu durant ces périodes obscures, entre désinformation, ordres et contre-ordres, polémiques ubuesques sur les pouvoirs de guérison d’un médicament ou d’un autre, nous restons des "veaux", comme l’aimait à le rappeler le Général de Gaulle.

Votre avis

Forum des lecteurs : votre opinion, un témoignage, un avis, lancez un débat!