Christophe Barbier a une vision étrange de la liberté d’expression

Pour réguler internet, prenons exemple sur la Chine

Interrogé au sujet de Dieudonné, le directeur de la publication du journal l’Express souhaite voir une régulation d’internet. Des déclarations qui ont fait du bruit en raison de sa maladresse.

dimanche 5 janvier 2014, par

© fotolia.com

C’est encore la faute de Dieudonné. Décidemment, lorsqu’on le soutien comme Anelka ou qu’on le condamne comme Christophe Barbier, c’est la boulette assurée. Au micro de RMC, le célèbre monsieur à l’écharpe rouge a expliqué qu’on pouvait tout de même lutter contre l’humoriste même s’il est très puissant sur la toile. Comment ? En instaurant des limites et une régulation à internet. Si l’idée n’est pas mauvaise, les mots choisis par le journaliste ne sont pas du tout adaptés. « Internet n’est pas un « nomansland » (soit une zone non habitée), on peut aussi combattre internet juridiquement ceux qui viole la loi. On peut y aller, il suffit que les autorités s’en donnent les moyens. Internet est un champ d’impunité parce que ça explose dans tous les sens. Mais ça se régule aussi internet. Entre nous, les chinois y arrivent bien. Si les dictatures y arrivent, il faut que les démocraties fassent l’effort de faire respecter la loi sur internet. Sinon, ça serait dictature ou dictature, c’est qu’on veut ? Non. Il faut donc que les démocraties considèrent qu’internet aussi, ça doit se réguler.  »

Faire de la France, une copie de la Chine ?

Dit comme ça, on a envie de vivre à Pékin pour ne plus voir des commentaires intolérables sur les homosexuels, les juifs ou les immigrés, comme ce fut le cas sur twitter. Oui mais voilà, la réalité est légèrement moins belle. Pour lutter contre la diffusion de fausses informations, le gouvernement a décidé d’instaurer de nouvelles mesures. Ainsi, si une rumeur lancée est vue par 5 000 personnes ou qu’elle est rediffusée plus de 500 fois, vous risquez trois ans de prison. Dans quels cas la rumeur constitue un « cas grave » ? A chaque fois qu’elle nuit à la santé mentale de l’individu, qu’elle débouche sur des manifestations ou des émeutes ethniques ou religieuses et surtout, si elle donne une mauvaise image à l’étranger. Si on résume, les chinois n’ont plus le droit de donner une opinion qui ne convient pas au gouvernement. Christophe Barbier veut-il la même chose pour la France ? Nous en doutons.

© fotolia.com

Plusieurs journaux fermés.

Quasiment tous les journaux ont maintenant leur site internet et relaient leurs articles sur les réseaux sociaux. Si on suit la loi chinoise, plusieurs médias devraient fermer, et ce, sur le champ. Fini Médiapart, adieu le Canard Enchainé ou Charlie Hebdo. Tous leurs journalistes finiraient enfermés. Des arrestations qui embêteraient bien Christiane Taubira qui ne cessent de vouloir diminuer le nombre de prisonniers en France. Alors que fait-on Monsieur Barbier ? En instaurant des mesures similaires à la Chine, aurions-nous le choix entre démocratie et dictature ? Certainement pas et on aura le choix entre ce que vous redoutez, la dictature ou...la dictature.

La tribu éco-citoyenne a la parole !
Un message, un commentaire ?
Forum

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Crédit immobilier : l'obligation de domiciliation des revenus en échange d'un taux négocié bientôt supprimée

lundi 18 mars 2019

Détenir son compte bancaire principal dans une banque en échange d’un prêt immobilier à taux préférentiel relèvera désormais de la négociation (...)

Emprunt immobilier : la domiciliation des revenus bientôt supprimée

lundi 18 mars 2019

Détenir son compte bancaire principal dans une banque en échange d’un prêt immobilier à taux préférentiel relèvera désormais de la négociation (...)

Casseurs / Gilets Jaunes : interdire les manifestations, déjà illégales, sur les Champs-Élysées aiderait en quoi ?

lundi 18 mars 2019

Selon le quotidien Le Parisien, le Président envisagerait d’interdire toute manifestation sur les Champs-Élysées, histoire de ne pas viser (...)

La BCE se lance dans les sondages d'opinions sur les anticipations de sa politique monétaire

dimanche 17 mars 2019

Miroir miroir... La BCE se lance dans la construction d’un nouvel indicateur concernant l’orientation de sa politique monétaire. A (...)