Pour les épargnants Français, un taux satisfaisant d’un placement sans risque serait d’au moins de 3%

Pour les épargnants Français, un taux satisfaisant d’un placement sans risque serait d’au moins de 3% © stock.adobe.com

Le 4e baromètre de l’épargne et de l’investissement publié par l’AMF ne montre que peu d’évolutions par rapport à 2019, hormis cette vague de jeunes investisseurs sur le marché actions. Les épargnants manqueraient toujours autant de repères et auraient toujours autant tendance à confondre rêves et réalités.

Publié le

La 4e édition du baromètre de l’épargne et de l’investissement publié par l’AMF montre que les épargnants n’ont pas été totalement effrayés durant cette année 2020, pour le moins unique. Bien au contraire, une majorité d’entre eux sont même restés sereins. En revanche, au niveau des repères épargne, les épargnants en prennent une nouvelle fois pour leur grade. L’AMF défend avant tout le marché actions... Il faut parfois lire entre les lignes.

Le taux satisfaisant d’un placement sans risque ? 3% !

Selon ce sondage, pour la moitié des Français, le taux de rémunération satisfaisant d’un placement sans risque est d’au moins 3 % par an. Le niveau de rémunération actuel de l’épargne garantie et liquide est méconnu de beaucoup de Français. Ainsi, interrogés dans le cadre du Baromètre de l’épargne et de l’investissement de l’AMF, seuls 3 Français sur 10 ont correctement évalué le taux d’intérêt du livret A, qui a été abaissé en février 2020 à 0,50 %.

Des attentes totalement irréalistes de la part des épargnants

Pour un placement sans risque, 27 % des répondants considèrent qu’un taux de rendement minimal satisfaisant se situe actuellement entre 3 et 4 % par an et 26 % qu’il est de plus de 4 %, alors que les taux de rémunération des placements garantis proposés sont bien inférieurs depuis plusieurs années.

Beaucoup de crédulité

Interrogés sur la confiance qu’ils accorderaient à un placement affichant à la fois un taux de rémunération nettement supérieur aux autres placements et une
garantie du capital, 54 % des Français ont répondu qu’ils pourraient « faire confiance à ce placement et envisager d’y placer de l’argent  », alors même que la promesse d’un tel placement est irréaliste. L’on comprend mieux pourquoi autant d’épargnants se laissent piéger par ces arnaques que l’on peut trouver sur la toile.

Retour des jeunes sur le marché actions

Les placements en actions intéressent toujours 3 Français sur 10, souvent modérément (un chiffre stable par rapport à 2019). Cet intérêt est plus fort chez les 25 -34 ans (43 % contre 24 % chez les 45 ans et plus) et chez ceux dont le patrimoine financier est supérieur à 30 000 € (42 % contre 24 % chez ceux qui ont moins). Les Français sont plus nombreux (51 %, stable par rapport à 2019) à dire se tenir informés, au moins de temps en temps, de l’actualité financière, de l’évolution de la bourse et des marchés.

Une amélioration de l’image des actions

Les opinions du grand public envers les actions sont moins négatives en 2020. Les placements en actions restent, dans l’esprit d’une grande majorité de Français (68 %), réservés aux personnes averties. Toutefois, ils sont moins nombreux à penser qu’ils sont trop risqués (63 %, 68 % en 2019) ou qu’ils sont réservés aux personnes qui ont beaucoup d’argent (52 % contre 57 %). L’idée que la Bourse ne profite pas à l’économie réelle est en baisse (38 % contre 45 %) tout comme l’idée que les placements en actions ne rapportent rien en fin de compte (23 % contre 28 %).

Des épargnants sereins

Fin septembre, seul 1 investisseur sur 4 se disait inquiet quant à son épargne investie ou quant à sa propre situation financière. Mais ils n’étaient guère plus nombreux à être sereins ou confiants (3 sur 10). Entre 4 et 5 investisseurs sur 10 n’avaient pas d’avis tranché. Les plus jeunes étaient nettement plus confiants que les plus âgés : les 25-34 ans étaient 56 % à se dire sereins (22 % des 50 ans et plus). On retrouve cette sérénité chez les plus aisés financièrement (46 % des revenus de plus de 6.000 euros sont confiants contre 23 % des revenus inférieurs à 2.500 euros).

Depuis 3 ans, le Baromètre de l’AMF interroge les Français sur leur épargne et leurs investissements. Pour cette 4e vague, 1 206 Français de 18 ans et plus ont été sondés à la fin septembre 2020.

L’adresse originale de cet article est https://www.francetransactions.com/...

Votre avis

Forum des lecteurs : votre opinion, un témoignage, un avis, lancez un débat!