Nouvelles chaudières au fioul ou au charbon interdites au 1er juillet 2022 et la France va redémarrer la centrale à charbon de Saint-Avolt...

Nouvelles chaudières au fioul ou au charbon interdites au 1er juillet 2022 et la France va redémarrer la centrale à charbon de Saint-Avolt... © stock.adobe.com

Ironie de la situation, alors tout milite pour l’arrêt du recours au charbon et au fioul, tout comme cet arrêt des nouvelles chaudières au fioul et au charbon, la France est contrainte de redémarrer la centrale à charbon de Saint-Avolt. Pénurie d’électricité en vue cet hiver.

Publié le

L’usine à charbon de Saint-Avold (Moselle) va reprendre du service

Fermée depuis la fin mars, dimanche 26 juin, le gouvernement a annoncé que l’usine à charbon de Saint-Avold (Moselle) allait ouvrir de nouveau ses portes. Cette annonce fait des heureux. "C’est un emploi qui était passionnant donc je reviendrai si nécessaire avec plaisir. C’est un besoin du pays donc je répondrai à cet effort", confie Thomas About, un ancien cadre de l’usine. Ce n’est pas le seul pays qui compte sur le charbon, car l’Allemagne, les Pays-Bas et la Grèce souhaitent aussi augmenter leur production de charbon ou rouvrir des centrales.

Trouver une solution rapide

La France est obligée de trouver une solution rapide puisque la Russie ne fournit plus de gaz ni de pétrole à l’Hexagone. Les membres de la centrale sont pris au dépourvu face à cette réouverture inattendue, ainsi, ils vont devoir refaire des stocks pour faire fonctionner l’usine. "On a actuellement l’équivalent d’un bon mois de fonctionnement, mais il va falloir trouver un peu de charbon pour passer les cinq autres mois", explique Jean-Pierre Damn, le délégué syndical FO.

La fin des nouvelles chaudières au fioul ou au charbon à partir du 1er juillet 2022

Pour réduire l’émission de gaz à effet de serre, l’installation d’équipements de chauffage ou de production d’eau chaude fonctionnant au fioul sera interdite à partir du 1er juillet 2022, sauf en cas d’impossibilité d’usage d’autres sources d’énergie. Les appareils déjà installés pourront continuer d’être utilisés, entretenus et réparés, mais des aides financières allant jusqu’à 11 000 € sont prévues pour encourager leur remplacement. Un décret paru au Journal officiel le 6 janvier 2022 fixe ces nouvelles dispositions.

À partir du 1er juillet 2022, les équipements neufs installés pour le chauffage ou la production d’eau chaude dans les bâtiments d’habitation ou à usage professionnel, neufs ou existants, devront respecter un plafond d’émissions de gaz à effet de serre de 300 gCO2eq/KWh PCI. Ce qui exclut l’installation d’équipements neufs fonctionnant au fioul ou au charbon, dont la combustion dépasse de fait ce seuil d’émissions de CO2, ou de tout appareil utilisant une autre source d’énergie et dont les performances ne le respecteraient pas. Pourront être installés dans les bâtiments tous les nouveaux équipements utilisant les réseaux de chaleur, l’électricité, la biomasse, l’énergie solaire ou géothermique, le gaz, ou encore un biocombustible liquide (tel que le biofioul), dès lors qu’ils respecteront le plafond d’émission de 300 gCO2eq/KWh PCI.

L’adresse originale de cet article est https://www.francetransactions.com/...

Votre avis

Un commentaire ? Votre avis, lancement d'un débat ? Question ?

💬 Réagir à cet article Nouvelles chaudières au (...) Publiez votre commentaire ou posez votre question...