N26 vise les 2 millions de clients en France à fin 2019 pour devenir ainsi la première banque en ligne de France

Décidément, les néobanques n’ont pas froid aux yeux ! Alors que les cadors du secteur, les Boursorama, ING, Orange bank et autres Hello Bank éprouvent des difficultés à recruter autant de nouveaux clients que souhaités, les néobanques N26, Monese et bien d’autres relèvent leurs objectifs au fil des mois. Une fois l’effet découverte passé, le soufflet ne risque-t-il pas de retomber rapidement ? Près d’un client sur deux recruté par les néobanques est inactif. Ce même profil de client dont les banques en ligne ne veulent plus.

jeudi 31 janvier 2019, par

N26 devant Boursorama avant la fin d’année 2019 ?

Pourquoi pas ? En nombre de clients, la banque allemande souhaite tailler des croupières, non seulement aux néobanques concurrentes directes présentes en France (et elles sont nombreuses, à l’instar d’Orange Bank qui n’arrive pas véritablement à décoller), mais également aux banques en ligne implantées depuis bien plus longtemps, ne semblant plus véritablement proposer de nouveautés à leurs clients. Les agrégateurs de comptes bancaires sont présents partout, et les idées manquent pour rebondir sur de nouvelles fonctionnalités.

Des objectifs très (trop ?) ambitieux pour la France

Alors que les Français sont peu enclins à [a[changer de banque]a], [a[N26]a] affirme avoir séduit, d’ores et déjà, pas moins de 600.000 clients. Son objectif à fin 2019 est d’en dénombrer 2 millions ! Si N26 parvient à un tel résultat, ce sera sans doute un dépassement du leader actuel, [a[Boursorama]a] banque, dont le recrutement de nouveaux clients doit passer par des offres promotionnelles de plus en plus conséquentes. Ainsi, Maximilian Tayenthal, cofondateur et directeur financier de N26, se confie à l’Agefi : « Nous sommes déjà la néobanque à la plus forte croissance en France. Nous doublons notre nombre de clients tous les huit mois ». De son côté, Jérémie Rosselli, directeur général de N26 France confirme : « Le but, c’est d’être la première banque digitale du territoire français ».

Recruter n’est pas jouer ! De 40% à 50% de clients inactifs...

Recruter des nouveaux clients, avec des offres gratuites, c’est pour ainsi dire, facile ! Orange Bank, dont les débuts sont plus que difficiles, s’est retrouvée avec une proportion importante de clients inactifs. La banque a été contrainte économiquement de les pousser à l’action, ou bien de les pousser à la sortie, en instaurant des frais pour compte inactif. Les néobanques n’en sont pas encore là. La course à la taille critique est lancée et, pour le moment, pas question de parler rentabilité, mais uniquement de nombre de clients. Le cash est brûlé à vitesse grand V. Peu importe. L’objectif de rentabilité viendra plus tard, car bien plus difficile à atteindre... N26 reconnaît que près d’un de ses clients sur deux est inactif, ce qui réduit considérablement une potentielle rentabilité.

https://www.francetransactions.com/...

Les USA, une autre histoire

N26 va s’attaquer en 2019 au marché américain. Maximilian Tayenthal pense que la concurrence est relativement peu présente. Des millions de clients potentiels sont ainsi visés. Dans cet objectif, 260 millions d’euros ont été levés en début d’année afin de s’attaquer aux marchés américains. De quoi tenir plusieurs trimestres.

La tribu éco-citoyenne a la parole !

Alstom/Siemens : Bouygues, virulent contre Bruxelles, croit à un dividende

jeudi 21 février 2019

Le géant français Bouygues a dénoncé jeudi le rejet récent par Bruxelles de la fusion des groupes ferroviaires Alstom, dont il est premier (...)