Mobiles et tablettes reconditionnées : un business tendance, lucratif, mais pas toujours respectueux des règles, la DGCCRF alerte les consommateurs

Mobiles et tablettes reconditionnées : un business tendance, lucratif, mais pas toujours respectueux des règles, la DGCCRF alerte les consommateurs © stock.adobe.com

Smartphones et tablettes reconditionnés : une enquête de la DGCCRF montre que l’information délivrée aux consommateurs reste à améliorer.

Publié le

Le reconditionné, c’est tendance, mais pas toujours dans les règles

La Répression des Fraudes (DGGCRF) s’est penché sur le secteur de l’électronique reconditionné. Le bilan de ses vérifications effectuées en 2020 et 2021 a été publié. Et ce n’est pas terrible. L’institution a enquêté auprès de 84 magasins et sites de ventes en ligne, dont le leader de l’électronique reconditionné en France BackMarket. Résultat : pas moins de 53 revendeurs ont été épinglés.

62% des enseignes présentent des insuffisances

27 enseignes font l’objet d’une injonction administrative. 26 enseignes ont reçu un avertissement en raison d’erreurs dans les informations données aux consommateurs. L’utilisation du terme “reconditionné” désigne “des appareils dont l’état et le fonctionnement ont été vérifiés et qui, le cas échéant, ont fait l’objet d’une intervention technique destinée à le remettre en état”, rappelle dans un communiqué la DGCCRF.

L’adresse originale de cet article est https://www.francetransactions.com/...

Votre avis

Un commentaire ? Votre avis, lancement d'un débat ? Question ?

💬 Réagir à cet article Mobiles et tablettes reconditi Publiez votre commentaire ou posez votre question...