Le déficit public 2018 de la France est de 59,6 milliards d’euros, portant la dette à 2.315,3 milliards d’euros

La publication du déficit public 2018 de la France de 2.50% du PIB, moins mauvais qu’attendu (2.70%), semble être un signe positif pour de nombreux observateurs. La dette du pays continue cependant de gonfler, pour atteindre le montant astronomique de 2.315 milliards d’euros, soit 98.40% de la production de la richesse nationale.

mardi 26 mars 2019, par

Déficit public de 2.50% en 2018, soit 56.6 milliards d’euros de déficit

Le déficit public français a atteint l’an passé l’équivalent de 2,5% du produit intérieur brut (PIB), en baisse de 0,3 point sur un an, et reste ainsi dans les clous du pacte de stabilité européen avant une remontée déjà programmée au-dessus du seuil de 3% en 2019, selon les données publiées mardi par l’Insee.

L’institut, qui publie les premiers résultats des comptes nationaux des administrations publiques pour 2018, fait état dans le même temps d’une hausse de 56,6 milliards d’euros de la dette publique de la France l’an passé, inférieure à celle de 2017 (+70,2 milliards), à 2.315,3 milliards d’euros. Rapportée au PIB, elle reste en revanche stable à 98,4%.

Mieux qu’attendu

Le déficit 2018 est le plus faible depuis 2006 en proportion du PIB et ressort en-dessous du niveau indiqué (2,7%) dans la loi de finances pour 2019 votée à la fin de l’an passé. Le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, avait depuis fait savoir que le rendement meilleur que prévu des recettes fiscales, malgré une croissance de l’économie inférieure aux attentes initiales pour l’an passé, devait permettre d’atteindre 2,6%.

En volume, le déficit public 2018, qui agrège les soldes des comptes de l’Etat, des collectivités locales et des administrations de Sécurité sociale, a atteint 59,6 milliards d’euros contre 63,6 milliards un an plus tôt. Sa principale composante, le budget de l’Etat, a progressé à 69,9 milliards d’euros contre 66,1 milliards un an plus tôt, sous l’effet du coût des baisses de prélèvements obligatoires mises en oeuvre l’an dernier, dont la diminution de la taxe d’habitation, de l’impôt sur les sociétés ainsi que des cotisations salariales.

Sécurité sociale en excédent budgétaire

A l’inverse, la Sécurité sociale a vu son excédent doubler (10,7 milliards après 5,3 milliards). Les collectivités locales ont dégagé elles aussi un solde positif (+2,3 milliards après +1,6 milliard) et ce, pour la troisième année consécutive.

Hausse des dépenses publiques de +1.90% en 2018

Les dépenses publiques ont augmenté globalement de 1,9% l’an passé, après 2,3% en 2017, à 1.318,5 milliards. La hausse des seules dépenses de fonctionnement a ralenti à 1,4% contre 2,6% en 2017, avec le retour au gel du point d’indice de la fonction publique. Les dépenses totales ont atteint 56,0% de la richesse nationale l’an passé, soit 0,4 point de moins qu’en 2017.

Recettes en hausse de +2.30%

Les recettes ont progressé parallèlement de 2,3% (contre +3,8% en 2017), avec notamment une hausse de 6,2% des impôts sur le revenu et le patrimoine liée notamment au relèvement de la [a[CSG]a], une progression de 4,3% des impôts sur les produits et la production et un recul de 1,7% des cotisations sociales perçues. Le taux de prélèvements obligatoires a diminué à 45,0% du PIB par rapport au record de 45,2% enregistré un an plus tôt, 2017 ayant été marqué par une contribution exceptionnelle de l’impôt sur les sociétés des grandes entreprises en fin d’année.

La tribu éco-citoyenne a la parole !

Impôt : votre première déclaration de revenus, obligatoire dès votre 20e anniversaire, dans tous les cas

mardi 23 avril 2019

Que vous soyez ou pas, rattaché(e) au foyer fiscal de vos parents, à partir de vos 20 ans, vous devez effectuer votre propre déclaration (...)

Monabanq classée meilleure banque française selon le World's Best Banks 2019 de Forbes

mardi 23 avril 2019

Si au niveau mondial, ING et Citibank sont les plus mieux classées, pour l’hexagone, Monabanq, la banque en ligne discrète de la Banque (...)

Un peu plus de la moitié des Français (54%) opposés à l'idée de travailler plus

dimanche 21 avril 2019

Une majorité de Français interrogés sur la possibilité de travailler plus y sont opposés (54%), selon un sondage Ifop pour le JDD qui montre (...)