1er janvier 2019 : bienvenue aux 2.081 bébés qui vont naître ce jour en France !

Il en naîtra plus de 69.000 en Inde ! Mais pas tous ne survivront. L’UNICEF appelle les pays du monde entier à s’assurer que davantage de nouveau-nés survivent à leurs premiers jours de vie.

mardi 1er janvier 2019, par

Environ 2081 enfants naîtront le 1er janvier 2019 en France, déclare l’UNICEF. Les nouveau-nés en France représenteront 0,53 % des 385 793 bébés à naître dans le monde en ce premier jour de l’année.

L’île Christmas, située dans l’un des archipels des Kiribati, dans le Pacifique Sud, accueillera le premier bébé de l’année 2019, et les États-Unis, le dernier de la journée. D’après les estimations, plus de la moitié des naissances qui auront lieu aujourd’hui se produiront dans les neuf pays suivants :

  • Inde — 69 070
  • Chine — 44 760
  • Nigéria — 20 210
  • Pakistan — 14 910
  • Indonésie — 13 370
  • États-Unis — 11 280
  • République démocratique du Congo — 9 400
  • Éthiopie — 9 020
  • Bangladesh — 8 370
1er janvier 2018 : bienvenue aux 2.081 bébés qui vont naître ce jour en France !
1er janvier 2018 : bienvenue aux 2.081 bébés qui vont naître ce jour en France ! © fotolia.com

Parmi ces enfants, certains ne survivront pas à leur premier jour de vie. En effet, en 2016, on estime que 2 600 bébés sont morts chaque jour dans les 24 heures suivant leur naissance. Pour environ deux millions de nouveau-nés, leur première semaine a également été leur dernière. En tout, cette année-là, 2,6 millions d’enfants dans le monde n’ont pas survécu au-delà de leur premier mois de vie. Et pourtant, parmi eux, 80 % sont décédés de causes qui auraient pu être évitées ou traitées telles que la prématurité, les complications lors de l’accouchement ou encore les infections comme la septicémie et la pneumonie.

«  La résolution de l’UNICEF pour cette nouvelle année est d’offrir à chaque enfant plus d’une heure, plus d’un jour, plus d’un mois de vie, soit, en un mot, la vie et non la survie », explique Sébastien Lyon, directeur général de l’UNICEF France. « Nous appelons l’ensemble des gouvernements et nos partenaires à rejoindre notre action qui vise à sauver la vie de millions d’enfants au moyen de solutions éprouvées et peu onéreuses.  »

Au cours des deux dernières décennies, la survie infantile dans le monde a pourtant connu des progrès sans précédent. En effet, la mortalité chez les enfants de moins de 5 ans a été réduite de moitié, avec 5,6 millions de décès en 2016. Mais la mortalité néonatale est loin de connaître les mêmes avancées, puisque la proportion de nouveau-nés morts avant d’avoir atteint leur 28e jour de vie représente encore 46 % des décès d’enfants de moins de 5 ans.

Le mois prochain, l’UNICEF lancera une campagne mondiale visant à exiger et fournir des solutions de santé abordables et de qualité pour chaque mère et chaque nouveau-né. Ces solutions incluent notamment l’approvisionnement continu en eau et en électricité des établissements de santé, l’assistance qualifiée à la naissance, la désinfection du cordon ombilical, l’allaitement dans la première heure suivant la naissance et la pratique du peau à peau entre la mère et l’enfant.

« Tous les enfants qui naissent aujourd’hui dans le monde devraient avoir la possibilité de voir le XXIIe siècle », selon Sébastien Lyon. « Malheureusement, cela ne sera probablement pas le cas pour près de la moitié des bébés nés cette année. En effet, si un nourrisson né en France en janvier 2018 a de grandes chances d’être encore en vie en 2100, il est peu probable qu’un enfant né en Somalie ce mois-ci vive au-delà de 2075. »

La tribu éco-citoyenne a la parole !

France : le patrimoine net des ménages a augmenté de 3,8% en 2017

jeudi 17 janvier 2019

Le patrimoine net des ménages en France a augmenté de 3,8% en 2017, après 3% en 2016, une hausse imputable aux deux tiers aux prix de (...)

Crédits immobiliers en France : désormais sous l'inflation, les taux n'ont pas rebondi en 2018

jeudi 17 janvier 2019

Les banques françaises ont légèrement abaissé en décembre les taux d’intérêts des crédits immobiliers aux particuliers, ces derniers achevant (...)