Cosmétiques : 400 produits contiennent des produits nocifs

UFC-Que Choisir a dans sa ligne de mire "onze substances ou familles de substances indésirables préoccupantes", dont les perturbateurs endocriniens tels que le BHA ou les butyl- et propyl-parabens, ainsi que des allergènes comme la methylisothiazolinone (MIT).

mardi 21 février 2017, par

L’association UFC-Que Choisir recense désormais "près de 400 produits" cosmétiques "contenant un ou plusieurs ingrédients indésirables" et appelle mardi les pouvoirs publics à "instaurer des mesures réglementaires plus protectrices".

"Même les produits pour bébés ne sont pas épargnés", souligne l’organisme, en regrettant par exemple la présence de phenoxyethanol, un conservateur toxique pour le foie, dans plusieurs crèmes destinés aux nourrissons.

Certains industriels ont bien modifié la composition de leurs produits, mais "ces changements de formules restent malheureusement bien trop rares, puisqu’un an après notre première étude, 90% des produits incriminés en 2016 contiennent toujours les mêmes substances indésirables", ajoute l’association.

Toutefois, "mis à part quelques rares produits en infraction avec la loi, la présence de ces composés indésirables est légale, à la faveur d’une réglementation laxiste", s’indigne-t-elle.

© fotolia.com

Pour les perturbateurs endocriniens par exemple, "les projets de définitions proposés par la Commission européenne exigent un niveau de preuve si élevé que, dans la pratique, aucune substance ne se verrait interdite", regrette l’organisation.

Elle presse donc "les pouvoirs publics européens de mettre en oeuvre sans délai les recommandations des experts en matière de retrait des substances, d’encadrer strictement les allégations d’étiquetage (comme les mentions +hypoallergénique+ ou +sans paraben+, NDLR) et, plus généralement, de proposer une nouvelle définition des perturbateurs endocriniens permettant un retrait effectif de ces substances nocives".

La fédération des entreprises de la beauté (Febea) a promptement réagi mardi en affirmant dans un communiqué que les produits cosmétiques vendus en Europe étaient "sûrs".

La réglementation européenne est "la plus stricte" au monde en la matière, et elle évolue pour tenir compte des dernières connaissances scientifiques en s’appuyant sur un comité d’experts indépendants, a affirmé la Febea.

Par ailleurs le secteur prend des engagements "forts" qui vont au-delà des réglementations, les entreprises ayant pour "priorité absolue" la sécurité des consommateurs, a encore insisté la fédération.

La tribu éco-citoyenne a la parole !
Un message, un commentaire ?
Forum

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Matignon laisse deux semaines aux bailleurs HLM pour un compromis sur leurséconomies

jeudi 21 mars 2019

Le monde HLM, qui demandeà réduire les économies imposées au secteur par le gouvernement depuis l’an dernier, a obtenu un délai de 15 jours (...)

Les domaines Center Parcs vont poursuivre leur expansion à l'international

jeudi 21 mars 2019

Center Parcs, marque du groupe Pierre et Vacances déjà forte de 26 domaines en Europe, va développer son concept dans plusieurs nouveaux (...)

Logement : l'efficacité des avantages fiscaux reste peu lisible, dit la Cour des comptes

jeudi 21 mars 2019

Les avantages fiscaux en faveur du logement sont conçus de manière incohérente et leur efficacité est incertaine ainsi que mal mesurée, (...)

La réindexation des retraites est sur la table (Buzyn)

jeudi 21 mars 2019

La réindexation des pensions de retraite sur l’inflation remonte très fortement du grand débat et le gouvernement va être obligé de prendre (...)

Assurance-Vie, verser après 70 ans, une mauvaise idée ou pas ?

jeudi 21 mars 2019

De nombreux épargnants pensent encore que verser sur un contrat d’assurance-vie après 70 ans est un mauvais plan épargne. C’est, dans la (...)

Retraites : il faut se poser la question de l'âge de départ (Roux de Bézieux)

jeudi 21 mars 2019

Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a estimé jeudi qu’il fallait se poser la question d’un report de l’âge de départ à la (...)