Papillomavirus : vaccin pour les garçons aux USA.

La prévention s’élargit.

Le papillomavirus est responsable de nombreuses infections sexuellement transmissibles de gravité variable. Il est également responsable de cancers, tant

mercredi 23 novembre 2011, par

Le papillomavirus est responsable de nombreuses infections sexuellement transmissibles de gravité variable. Il est également responsable de cancers, tant chez les femmes que chez les hommes.

Le papillomavirus (papillome humain, dit aussi VPH ou HPV) est responsable de nombreuses maladies vénériennes et de cancers.

Non seulement, il est dangereux, car il est une des causes de cancers de l’utérus chez les femmes, mais il est également responsable de cancers de la bouche et de la gorge. Si les femmes sont particulièrement touchées, les garçons ne sont pas épargnés.

Le papillomavirus responsable de cancers buccaux
Des données récentes montrent que la pratique de la fellation augmenterait les risques de contracter ces cancers. Suivant une étude américaine, ces cancers ont bondi de 225% entre 1974 et 2007. De plus en plus de jeunes hommes blancs sont touchés, tant aux USA qu’en Europe du Nord. Aux Etats-Unis, environ 20 millions de personnes seraient porteuses du HPV. Ce virus entrainerait ainsi des milliers de cancers de l’utérus, de la gorge, du vagin, de l’anus et du pénis.

Vacciner les garçons pour augmenter la protection
Devant ce phénomène, des experts américains recommandent la vaccination des garçons. Si la vaccination des jeunes filles fait déjà partie des recommandations fédérales aux Etats-Unis, celle des garçons pourrait le devenir. Les experts suggèrent de généraliser la vaccination des garçons dès 11 ou 12 ans. Les recommandations formulées par ces experts devraient permettre de diminuer les nombres de garçons infectés et potentiellement victimes d’un cancer. Par répercussion, cette vaccination amplifiera ses bénéfices en protégeant également les femmes.

Cette vaccination se fait de préférence avant que les jeunes filles deviennent sexuellement actives. Malgré les recommandations fédérales, peu de jeunes filles sont encore vaccinées contre ce virus aux USA. Actuellement, seuls deux laboratoires possèdent un vaccin pour filles contre les principaux HPV. Il s’agit de Merck et de GlaxoSmithKline. Seul celui de Merck est pour l’instant autorisé pour les garçons. D’ici quelques mois, les autorités sanitaires américaines devraient ainsi se prononcer en faveur de cette vaccination et de sa prise en charge.

La tribu éco-citoyenne a la parole !
Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

La Poste veut transformer des hôtels des postes en maisons de retraite

mardi 21 mai 2019

La Poste envisage de créer des résidences pour les personnes âgées en reconvertissant des bâtiments existants, comme les anciens hôtels des (...)

Compte bancaire Pro, manager.one innove encore : la solution ultime pour dire adieu aux notes de frais

mardi 21 mai 2019

Après avoir proposé les feuilles de paie en ligne et les virements multiples, manager.one poursuit dans l’innovation bancaire pour les (...)

Immobilier / hausse des frais de notaires : 1.800€ de plus pour l'acquisition d'un bien de 200.000€ en 5 ans

mardi 21 mai 2019

Nouvelle hausse potentielle des frais de notaires (plus précisément des taxes collectées par les notaires pour le compte des départements) (...)

SCPI Corum Origin : hausse du prix de la part au 1er juin 2019

mardi 21 mai 2019

La SCPI vedette de CORUM AM a annoncé sa prochaine hausse du prix de part. A partir du 1er juin 2019, le prix d’une part de la SCPI Corum (...)

Ruptures conventionnelles des CDI dans la fonction publique : c'est parti pour 5 années d'expérimentation

mardi 21 mai 2019

L’Assemblée nationale a donné lundi soir son feu vert à une expérimentation durant cinq ans des ruptures conventionnelles dans la fonction (...)

Protection sociale : Apicil confirme l'envolée des arrêts de travail pour burnout en 2018

mardi 21 mai 2019

Après AG2R La Mondiale, Malakoff Médéric et Pro BTP, Apicil confirme à son tour l’envolée des arrêts de travail, notamment de ceux de cadres à (...)