Bébés nageurs : bienfaits et contre-indications.

Attention aux problèmes respiratoires.

Si la pratique de la natation a des effets positifs sur le développement des enfants, une fréquentation trop régulière peut être nocive pour les tout petits.

mardi 10 janvier 2012, par

Si la pratique de la natation a des effets positifs sur le développement des enfants, une fréquentation trop régulière peut être nocive pour les tout petits.

Différentes études ont souligné le risque élevé de bronchiolites et allergies respiratoires chez les bébés ayant une pratique régulière.

Faire connaitre les plaisirs de l’eau aux bébés est à la mode depuis plusieurs années. La pratique du bébé nageur apparait comme une façon supplémentaire d’apporter un épanouissement à son enfant.

Des bienfaits pour les bébés
La Fédération Française de natation (FFN) compte actuellement plus de 8 000 bébés nageurs, répartis dans un peu moins de 250 clubs. À ces bébés nageurs enregistrés par la Fédération, s’ajoutent également tous ceux dont les parents ont préféré une structure privée afin d’éveiller bébé aux jeux d’eau.
Les séances de bébés nageurs permettent aux parents et aux enfants de partager des moments de grande complicité. Ces moments de détente, de jeu et de bien-être renforcent ainsi les liens les unissant.

La pratique du bébé nageur est également positive pour le développement de l’enfant. Apprendre à nager permet notamment de développer des capacités respiratoires nouvelles. Initier les petits dès leur plus jeune âge, c’est également mettre toutes les chances de leur côté pour leur faire aimer l’eau. Les enfants prennent alors confiance petit à petit. Ils seront ainsi plus à l’aise en grandissant ce qui diminuera les risques de noyade.

Attention aux bronchiolites à répétition
Cependant, certains médecins soulignent les risques accrus de bronchiolites pour les bébés trop souvent exposés à la chloramine. Cette substance irritante est un gaz issu du mélange de chlore et de matières organiques apportées par les nageurs (sueur, salive...). Ainsi, en 2010, le professeur Alfred Bernard de l’université Catholique de Louvain en Belgique a dévoilé les résultats d’une étude allant dans ce sens.

Selon ses résultats, les enfants ayant fréquenté les piscines régulièrement avant l’âge de 2 ans souffriraient d’environ 2 fois plus de problèmes respiratoires (asthme, bronchiolites... ) que les enfants qui n’ont pas eu cette activité.
Si les adultes ne ressentent pas de tels effets, les petits enfants peuvent en subir les conséquences. En effet, jusqu’à l’âge de 6 ou 7 ans, les poumons des enfants sont encore en cours de développement.

Une activité à pratiquer modérément
Les spécialistes, conscients des bienfaits de la natation sur le souffle, notamment en cas d’asthme, conseillent ainsi de la faire pratiquer aux enfants avec modération. Concernant les plus petits et les plus sensibles (eczéma, bronchiolites à répétition...), il semble raisonnable de ne commencer la natation que lorsque l’enfant a l’âge d’aller à l’école. L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) recommande d’être vigilant lors de la pratique des bébés nageurs et de faire suive l’enfant par un médecin. Devant ces constatations, l’Allemagne quant à elle a limité ses programmes de bébés nageurs fin 2010.

La tribu éco-citoyenne a la parole !
Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

France : le patrimoine net des ménages a augmenté de 3,8% en 2017

jeudi 17 janvier 2019

Le patrimoine net des ménages en France a augmenté de 3,8% en 2017, après 3% en 2016, une hausse imputable aux deux tiers aux prix de (...)

Crédits immobiliers en France : désormais sous l'inflation, les taux n'ont pas rebondi en 2018

jeudi 17 janvier 2019

Les banques françaises ont légèrement abaissé en décembre les taux d’intérêts des crédits immobiliers aux particuliers, ces derniers achevant (...)