Adolescence : la sensation de peur atténuée.

Passage indispensable pour oser découvrir la vie.

L

jeudi 27 janvier 2011, par

L’adolescence est une période charnière de la vie offrant une transition entre l’enfance et le monde des adultes. Cette période n’est pas seulement un passage symbolique matérialisé par des changements physiques du corps.

Des chercheurs américains ont récemment identifié que pendant cette période, le cerveau envoie des messages minimisant les peurs, ce qui influe sur le comportement des adolescents.

Des chercheurs américains ont récemment publié une étude montrant que pendant l’adolescence le cerveau minimise les sensations de peur. Les messages ainsi envoyés par le cerveau pendant cette période de la vie sont donc bien différents de ceux de l’enfance ou de l’âge adulte, et ce, même devant des situations similaires.

La perception de peur est affaiblie chez les adolescents
Des chercheurs des universités Cornell, Brown et de la faculté de médecine de l’Université de New York, ont travaillé sur des souris de différents âges afin d’identifier les comportements spécifiques des souris adolescentes.

Ils ont ainsi provoqué des peurs chez des souris enfants par le biais d’électrochocs et de bruits. La réaction de peur obtenue se matérialise notamment par l’immobilisation rapide des souris. Par cette expérience, les souris ont emmagasiné le souvenir de ces chocs.

Les chercheurs ont ensuite comparé les réactions des souris enfants, adolescentes et adultes face à ces mêmes agressions. Les résultats montrent que les souris adolescentes, bien que connaissant ces chocs, sont moins affectées que les souris enfants et les souris adultes. Au cours de l’expérience, les souris adolescentes se pétrifiaient beaucoup moins rapidement que les autres souris.

L’activité cérébrale varie selon l’âge
Ces résultats ont été confirmés par l’analyse de l’activité cérébrale de ces souris. Les chercheurs ont constaté une baisse d’activité de l’hippocampe, zone qui joue un rôle central dans la mémoire. L’hippocampe interagit avec les amygdales cérébrales qui contrôlent la perception de peur, jouant un rôle de survie et de prévention. Les chercheurs ont également noté une réduction de l’activité des amygdales cérébrales. Ils en ont conclu que le cerveau n’envoie pas les mêmes messages suivant la période de la vie.

Une adaptation du cerveau à un moment clé de la vie
Pour les chercheurs, l’adolescence fait donc figure de parenthèse dans la perception des peurs que l’être humain ressent au cours de sa vie. Les messages du cerveau étant moins forts à l’adolescence que pendant l’enfance ou l’âge adulte, ils laissent plus de marges aux adolescents pour oser découvrir le monde.

Etape cruciale de la vie, l’adolescence est également une période ingrate et parfois difficile. Le jeune se retrouve devant des situations nouvelles qu’il doit affronter pour la première fois (autonomie, responsabilité, découverte de l’amour...). Cette étude montre que le corps a trouvé une parade pour aider les adolescents à ne pas être paralysés par la peur. En réduisant l’activité de ces zones du cerveau, le corps permet aux adolescents d’aller de l’avant. C’est d’ailleurs pour cela que certains d’entre eux font parfois des choses dangereuses et irraisonnables, faisant de cette période de crise d’adolescence une étape délicate.

L’étude montre également que cette situation ne dure pas. En devenant adultes, les souvenirs des peurs contextuelles réapparaissent, explique l’étude.

La tribu éco-citoyenne a la parole !
Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

CORRIGÉ : Rénovation urbaine : 5 milliards débloqués en six mois (gouvernement)

jeudi 23 mai 2019

Les grues reviennent dans nos quartiers : cinq milliards d’euros ontété engagés par l’agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), a (...)

Foncier agricole : les prix des terres d'élevage en net recul en 2018 (FnSafer)

jeudi 23 mai 2019

L’écart entre les prix des terres agricoles destinées à la culture et celles vouées à l’élevage est au plus haut depuis 1997, en grande partie (...)