Google, condamné par la CNIL, met fortuitement leur site hors-service !

Volontairement ou pas, Google rend le site de la CNIL indisponible, uniquement par le fait de proposer un lien de téléchargement de sa sanction sur le site de la CNIL...

Google, condamné par le CNIL à 150 000 € d’amende, ajouté d’une obligation de publication la condamnation sur sa page d’accueil a mis directement HS le site de la CNIL. Un esprit revanchard ?

samedi 8 février 2014, par

Google met un lien vers le site de la CNIL, bilan : site CNIL planté !

C’est sans doute avec un certain sarcasme que Google s’est exécuté en mettant un lien direct sur sa page d’accueil vers le site de la CNIL affichant sa condamnation. Condamné à la faire, Google l’a fait très bien, trop bien peut-être ? Effectué un week-end, en dehors des heures de bureau, il y a de grandes chances que Google savait pertinemment que le site de la CNIL ne serait pas taillé pour encaisser plus de 300 000 hits par minute. Bilan, le site de la CNIL est hors-service ! La condamnation n’est donc pas accessible !

Google, condamné, fait planter le site de la CNIL !
Google, condamné, fait planter le site de la CNIL ! © fotolia.com

Le Conseil d’Etat a rejeté la veille la demande de suspension d’obligation d’information de la sanction à l’encontre de Google

La demande de suspension de l’obligation d’information de la sanction infligée à Google par la CNIL a été refusée par le Conseil d’Etat hier. Google doit donc afficher pendant 48 heures sa condamnation par la CNIL pour le non respect de la loi de 1978.

Cette loi protège les internautes sur les données personnelles. Google, dont le métier premier est le marché publicitaire sur Internet, collecte de nombreuses informations afin de valoriser ses campagnes publicitaires.

Le géant américain doit se conformer pour l’instant à la décision de la Cnil et rendre public auprès des utilisateurs de la version française de son moteur de recherche la sanction prononcée à son encontre pour non respect du droit en matière de protection des données personnelles.

Google n’a pas dit son dernier mot !

Google a fait appel de la sanction, et cette affaire doit être encore statuée devant le Conseil d’Etat sur le fond. En attendant, cette affichage de la sanction montre combien les services français ne sont pas à la hauteur. Ne pas prévoir que les serveurs seraient soumis à un trafic colossale en figurant en page d’accueil de google, il faut le faire... Sachant que cette condamnation fait le tour du monde de la tendance anti-Google, anti big data... Mais bon, nous le savions déjà..

Pour les amateurs de SEO, un lien do follow de la home page de Google, c’est une bombe nucléaire en termes de référencement !

Les geeks vont être fans de ce phénomène, les études et analyses sont déjà en cours... Qu’apporte un lien en do follow depuis la home page de Google ? Si l’algorithme de Google n’est pas complément biaisé, ce dont de plus en plus d’informaticiens doutent, le site de la CNIL devrait progresser de façon exponentielle dans le classement de l’index du moteur de recherche californien. Le lien placé par Google est en effet en "do follow", indiquant au moteur de recherche, que le lien est à suivre, pour l’indexation.

La tribu éco-citoyenne a la parole !
Un message, un commentaire ?
Forum

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

CORRIGÉ : Rénovation urbaine : 5 milliards débloqués en six mois (gouvernement)

jeudi 23 mai 2019

Les grues reviennent dans nos quartiers : cinq milliards d’euros ontété engagés par l’agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), a (...)

Foncier agricole : les prix des terres d'élevage en net recul en 2018 (FnSafer)

jeudi 23 mai 2019

L’écart entre les prix des terres agricoles destinées à la culture et celles vouées à l’élevage est au plus haut depuis 1997, en grande partie (...)