Facebook : Pour 100 milliards de dollars, tu n’as plus rien !

Cliquez sur j’aime pour faire monter le cours de Facebook !

Facebook : le super trombinoscope des temps modernes aurait-il déjà du plomb dans l’aile ? Les problèmes s’accumulent pour Facebook ! Son introduction en

mercredi 23 mai 2012, par

2Facebook : le super trombinoscope des temps modernes aurait-il déjà du plomb dans l’aile ?2
Les problèmes s’accumulent pour Facebook ! Son introduction en bourse est un fiasco total ! 18% de baisse en deux jours de cotation, l’action du réseau social est tombée à 31$ sur le Nasdaq deux jours après son introduction ! Une fois de plus, ce sont les particuliers les plus cupides qui se sont fait avoir ! Les financiers auront empoché une belle plus-value dès les premières cotations, avant de se défaire au plus vite de leurs titres sur le marché. Les acheteurs, essentiellement des particuliers américains, ultra convaincus de l’apport de Facebook, auront réalisé la plus mauvaise opération financière de l’année. A moins que le cours de l’action Facebook ne se redresse dans les mois qui viennent, évidemment. En attendant des plaintes affluent pour défaut d’information sur l’introduction en bourse, les analystes financiers, n’ayant pas communiqué ouvertement auprès de tous les particuliers, la révision à la baisse de résultats estimés de Facebook.

2Facebook : J’aime, moi non plus !2Facebook possède effectivement un potentiel extraordinaire. Avec plus de 900 millions de membres, ce super trombinoscope, pardon, ce réseau social, est un succès planétaire. Certes, il est vrai que les plus de quarante ans sont peu nombreux sur ce site, la moyenne d’age devrait être autour de quinze ans, mais il n’empêche que les utilisateurs passent (ou perdent ?) près de 25% de leur temps durant lequel ils sont connectés à Internet sur le site Facebook, aussi incroyable que cela puisse paraître.

2Facebook : Connecte-toi et je dirai qui tu es, même quand tu seras déconnecté !2- Non-respect de la vie privée, c’est corrigé !

Avec sa mauvaise réputation de ne pas respecter la confidentialité de ses membres Facebook n’en finit plus de recevoir des plaintes. En effet, aux USA, alors que 150 millions d’américains sont inscrits sur ce site, les plaintes affluent et seront d’ailleurs même regroupées afin de pouvoir être plaidées. Le pays des class actions est favorable au regroupement des particuliers pour attaquer les grandes compagnies. L’enjeu financier est de taille, pas moins de 15 milliards de dollars, au grand maximum. Mais seuls les rêveurs pourront espérer faire condamner le trombinoscope, qui se dit confiant, le souci, corrigé depuis 2011 n’était en fait qu’un bug informatique, permettant de tracer toutes les actions de l’internaute, même déconnecté du site, via le cookie Facebook.

li Violation de brevets Yahoo, il faudra le prouver !

Autre point qui ne sera pas résolu avant plusieurs années, le système publicitaire de Facebook utilisé serait une pâle copie du feu système Yahoo, ciblage personnalisé des annonces. Les deux firmes soutiendront donc l’emploi d’avocats américains pendant plusieurs années, le temps que la justice tente de comprendre quelquechose dans la technologie web. A cet égard, nous ne sommes pas mieux loti en France, puisque, aux yeux de la justice, une seule adresse IP suffit à identifier un individu... Une hérésie totale. Un jour il conviendra donc de former les juristes à la technologie web...

2Facebook : De grands annonceurs critiquent ouvertement le manque de performance commerciale du site2Facebook voit certains gros clients, comme General Motors, claquer la porte de son système de publicité. La rentabilité est trop faible, même avec 900 millions de membres ! Les services marketing des grandes marques savent combien il est important d’être présent sur Facebook, il faut occuper l’espace ! Mais peu d’entre eux reconnaissent à ce jour, que cette occupation d’espace est surtout un centre de coûts et non de profits, même en termes d’images. Animer leurs communautés via de multiples jeux n’est pas un gage de succès pour les marques. En effet, le risque de parasitage ou de faux pas sur un jeu mal perçu, et c’est l’image de marque qui en prend un coup, alors que le gain potentiel est au final d’une faiblesse impressionnante. Au final, tout l’inverse de ce qu’espèrent les investisseurs sur le titre Facebook, gagner un maximum d’argent avec un minimum de prise de risque. L’espoir ferait-il véritablement vivre, même en bourse ?

La tribu éco-citoyenne a la parole !
Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

CORRIGÉ : Rénovation urbaine : 5 milliards débloqués en six mois (gouvernement)

jeudi 23 mai 2019

Les grues reviennent dans nos quartiers : cinq milliards d’euros ontété engagés par l’agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), a (...)

Foncier agricole : les prix des terres d'élevage en net recul en 2018 (FnSafer)

jeudi 23 mai 2019

L’écart entre les prix des terres agricoles destinées à la culture et celles vouées à l’élevage est au plus haut depuis 1997, en grande partie (...)