Vous êtes démaqué ! Masque à terre, c’est une pollution mortelle en mer ! © stock.adobe.com

Vous êtes démaqué ! Masque à terre, c’est une pollution mortelle en mer !

Publié le

Jusqu’à 750 euros d’amende

Jeter des déchets sur la voie publique, un masque ou encore un mégot pourra être sanctionné d’une amende de 135 euros, contre 68 euros actuellement, selon un projet de décret, a annoncé dimanche 7 juin la secrétaire d’Etat à la transition écologique, Brune Poirson. Ce projet de décret, qui concerne aussi bien les masques, les gants, les mégots ou encore les dépôts sauvages d’ordures, devrait être présenté mi-juin. L’amende pourrait même monter à 375 euros, voire 750 euros si la police établit un procès-verbal et le transmet au tribunal, selon le ministère.

© Préfecture des Alpes Maritimes

La délinquance environnementale explose

Cette mesure s’inscrit dans le cadre de la feuille de route pour l’économie circulaire lancée en 2018 et « trouve avec le Covid-19 un nouvel écho, avec la multiplication du nombre de nouveaux déchets abandonnés liés à la crise sanitaire » au lieu d’être jetés à la poubelle, souligne le ministère. « Tout déchet jeté par terre finit souvent sa route dans l’océan » « Il faut que chacun comprenne que tout déchet jeté par terre finit souvent sa route dans l’océan » a souligné Brune Poirson, dans une déclaration transmise à l’Agence France-Presse.

© Préfecture des Alpes Maritimes

« Si on veut des mers et des océans propres, ça commence par des trottoirs propres », poursuit la secrétaire d’Etat, qui se rend dimanche à Lège-Cap-Ferret, en Gironde, à la veille de la Journée mondiale des océans, pour prendre part à une collecte de déchets plastiques en collaboration avec l’association Surfrider. « Avec la crise du Covid-19, de nombreux nouveaux déchets plastiques ont fait leur apparition sur les plages comme les masques ou encore les gants », déplore-t-elle dans un communiqué.

Christophe Jean, conseiller de prévention à la Direction départementale des territoires et de la mer, ne prend pas les choses à la légère ; "Régulièrement, je vois ces masques dont les soignants ont, au début, tant manqué, joncher le sol et finir pour certains dans la Méditerranée. Dernièrement, j’en ai trouvé un dans les escaliers de nos bureaux, au Cadam, que personne n’avait manifestement eu l’idée ou le courage de ramasser. C’est pourtant facile : on le prend, on le jette à la poubelle, on se lave les mains soigneusement et il n’y a aucun danger."

"Il y a suffisamment de poubelles dans les villes pour que l’on n’abandonne plus n’importe quoi dans la rue", souligne-t-il en regrettant que l’on parle de "masques jetables" et non pas de "masques à usage unique", ce qui éviterait peut-être une certaine confusion.

Le message est clair : tout moyen de protection contre le virus doit être jeté dans un sac-poubelle disposant d’un système de fermeture fonctionnel. Une fois lié, le sac doit être gardé 24 heures, puis jeté avec les ordures ménagères.

écocitoyenPollutionConnerie humaineIncivilités

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.