Ma tribu éco-citoyenne
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Le libra va-t-il marquer le début de la disparition des monnaies nationales (...)

Le libra va-t-il marquer le début de la disparition des monnaies nationales au profit des monnaies privées ?

Alexandre Hezez, Group Chief Investment Officer de Banque Richelieu, revient sur l’actualité de cette semaine : l’annonce par Facebook du lancement en 2020 de sa cryptomonnaie : le libra. Le Libra : vers la disparition des monnaies nationales au profit de monnaies privées ?

D 1er juillet 2019     A Alexandre Hezez    

Le libra va-t-il marquer le début de la disparition des monnaies nationales au profit des monnaies privées ?

Libra © fotolia.fr/francetransactions.com


« La mission de Libra est de favoriser le développement d’une devise et d’une infrastructure financière mondiales simples, au service de milliards de personnes.  » Introduction du White Paper de la cryptomonnaie de Facebook.

Tout se passe avec le Libra comme si le premier réseau social au monde adoubait une nouvelle cryptomonnaie, à l’instar du Bitcoin, Ether ou encore du Ripple : elle en a son apparence, repose sur les mêmes technologies et offre les mêmes avantages, à savoir des transactions instantanées et peu coûteuses. Tout le contraire des systèmes actuels de transfert d’argent.

En réalité, le Libra est un phénomène nouveau dans le domaine des cryptomonnaies, puisqu’elle se rapproche - dans son fonctionnement - beaucoup plus d’une monnaie nationale que d’une cryptomonnaie. A un détail près : elle est indépendante des Etats et des banques centrales…

Le Libra : en concurrence directe avec les monnaies nationales ?

A l’image de la plupart des monnaies nationales, le Libra est un « stable coin », c’est-à-dire une monnaie développée de sorte à minimiser au maximum la volatilité sur son prix en étant notamment indexée sur un panier de devise. Cette devise fonctionnerait comme les devises péguées, comme par exemple le Yuan sur le dollar. Il sera donc dépendant d’une réserve de monnaie et de valeurs telles que le dollar ou l’euro. Après les volatilités extrêmes des cryptomonnaies des dernières années (pour rappel, en décembre 2016, le Bitcoin atteignait difficilement les 800$ ; fin 2017, il atteignait des sommets à plus de 18 000$ pour redescendre à 3 000$ un an plus tard), la tendance d’évolution du marché semble se focaliser sur les « stable coins », et cela pourrait bien venir concurrencer - dans un premier temps - les cryptomonnaies classiques.

En effet, une des finalités du Libra est bien de créer des devises alternatives aux devises classiques. Depuis la crise de 2009, les systèmes classiques des banques centrales ont perdu une partie de leur crédibilité auprès de l’opinion publique, en rachetant des obligations à grande échelle. Les cryptomonnaies ont donc fait de leur indépendance vis-à-vis des Etats et de leur fonctionnement décentralisé (grâce à l’utilisation des technologies numériques comme la blockchain), leur principal argument marketing.

En définitive, avec Libra, Facebook met en place un système financier alternatif. Il permettra à ses utilisateurs de payer et être payer sans passer par un système de paiement conventionnel. Cependant, même si le Libra est régi par une association indépendante – Calibra – le réseau social en sera bien le « Gouverneur » car il se pose en tant qu’agent de confiance de la nouvelle monnaie.

« Une jacquerie ? Non, une révolution ! » : au tour des Etats d’être ubérisés

Libra est vraisemblablement le point de départ de la création de véritables monnaies d’entreprises privées. Ces dernières joueront non seulement le rôle de Banques Centrales, d’Agents de Confiance, mais aussi de Créanciers et de Débiteurs. Elles viendront ainsi directement concurrencer les Banques mais aussi les Etats dans leur fonction régalienne, avec tout ce que cela comporte comme interrogations sur la confiance que l’on peut accorder à des acteurs privés ou celles relatives à la protection des données personnelles.
C’est également une menace très crédible pour les banques, mettant sous pressions les marges des activités des banques de détail. Plus faciles d’usage, moins chers, bénéficiant d’une utilisation poussée des nouvelles technologies, les GAFA viennent concurrencer frontalement d’anciens systèmes soumis à des règles strictes.

Cette fois ci c’est donc bien de l’uberisation de l’argent dont il est question. Mais cette fois-ci ce ne seront pas les entreprises qui en seront les victimes, mais les Etats et leur système bancaire.

Demain, qui pourra empêcher Amazon ou Alibaba de payer leurs fournisseurs en « AmazonCash » ou en « BabaCoin » ?

Demain, les « gens ordinaires » auront-ils moins confiance dans une Fed, une BCE, dans leur système bancaire classique ou dans une entreprise qui est devenue leur principal canal de consommation ?

Quelle défense adopteront-ils face à ces phénomènes irrépressibles ?

Voici autant de questions dont il devient urgent d’apporter des réponses.

Notez cet article :
0 vote

À découvrir également

Rechercher

Lettre de la Tribu (hebdomadaire)

 

TOP 5 des posts Zurbains les plus lus

1.  Partenaires

2.  Contacts et FAQ

3.  Qui sommes-nous ?

4.  Mentions légales

5.  Conditions générales & chartes du site

Publiez vos articles sur Zurbains.com

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

TOP 10 des posts Zurbains les plus likés

1Centrales nucléaires et canicule : un double-effet brûlant pour l’environnement
(4.97 - 1 vote)
2Canicule de juin : rendue au minimum 5 fois plus probable à cause de l’activité humaine
(4.97 - 1 vote)
315.000 trottinettes électriques sur Paris : trop de concurrence, de dégradations, le port du casque obligatoire et ce serait la fin
(4.97 - 1 vote)
4Fête du cinéma : prix réduits à 4€ jusqu’au 3 juillet 2019
(4.97 - 1 vote)
5Plafonnement des loyers sur Paris II, le retour
(4.97 - 1 vote)
6Vacances 2019 : la France, 1ère destination des Français, budget oblige
(4.97 - 1 vote)
7Investissement sur la vanille : un placement qui peut vous laisser un goût bien amer
(4.97 - 1 vote)
8Facebook, un terreau fertile pour la prolifération de logiciels malveillants
(3.97 - 1 vote)
9Soldes d’été 2019 : dates, produits, règles, amendes pour fausses soldes
(3.97 - 1 vote)
10Canicule : les marchands de glaces multiplient leurs ventes par 6 !
(3.97 - 1 vote)