Afin de lutter contre le gaspillage, les bonnes volontés peuvent-elles suffire ? © Zurbains.com/stock.adobe.com

Anti-Gaspillage : pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même !

Nous sommes responsables de tout ce gaspillage, et indirectement de la famine dans le monde. Pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même.

Publié le

Car les bonnes intentions ne suffisent pas, les aléas de la vie, comme cette période de confinement, a poussé certains d’entre nous à réfléchir. Mais voilà, après la reprise, les vieilles habitudes du confort quotidien reprennent rapidement le dessus. Le gaspillage reste encore trop largement constaté. Si pour les objets, des initiatives de plus de plus nombreuses se lancent, comme les ressourceries, côté alimentaire, le gâchis reste encore bien trop important.

Commencer par se changer soi-même...

"Pour changer le monde, il faut commencer par se changer soi-même. Prôner l’écologie ne suffit pas, l’égalité doit d’abord se trouver au sein de notre société."
Femme de terrain, auteure de nombreux ouvrages pratiques et animatrice d’ateliers, Régine Quéva livre un manifeste humaniste.

La technique des petits pas...

Grâce à la technique des petits pas, chacun peut contribuer, à son niveau, à changer son rapport aux autres et à la planète. Les consommateurs ont un pouvoir d’achat et doivent utiliser leur liberté de consommer = être plutôt qu’avoir. 25% des français ont déjà commencé à changer leurs habitudes alimentaires.

  • 10 millions de tonnes de produits gaspillés (dont 7 kg encore emballés)
  • 80 kg de nourriture gaspillée par an et par habitant
  • 3 planètes = l’empreinte écologique de la France

Destruction des invendusGaspillageLoi-anti gaspillageRéduction des déchets

Votre avis

Forum des lecteurs : votre opinion, un témoignage, un avis, lancez un débat!