Hôpitaux / malaise des soignants : des mesurettes pour les urgences pour passer l’été, la source d’où jaillissaient ces milliards d’euros durant la crise COVID est-elle définitivement tarie ?

Hôpitaux / malaise des soignants : des mesurettes pour les urgences pour passer l’été, la source d’où jaillissaient ces milliards d’euros durant la crise COVID est-elle définitivement tarie ? © stock.adobe.com

Incompréhensible. Nos hôpitaux sont gravement malades, la garantie des soins est atteinte dès cet été, mais les exécutifs font désormais la fine bouche afin de résoudre ce problème béant face à nous.

Publié le

700 milliards d’euros mobilisés durant la crise sanitaire, mais pas moyen de soutenir les urgences durant cet été, faute de personnel, les soignants n’en peuvent plus. Faut-il attendre la prochaine vague épidémique pour réagir ?

Ces annonces effectuées par la ministre de la santé interviennent au lendemain d’un mouvement de grève national des personnels soignants à l’appel de neuf syndicats et collectifs pour protester contre le manque de personnels et de moyens et réclamer des revalorisations salariales. Selon l’association Samu-Urgences de France, plus d’une centaine de services d’urgences à travers le pays ont déjà été contraints de limiter leur activité faute de personnel.

Doublement de la rémunération des heures supplémentaires pour les soignants

Face à la situation fortement dégradée des services de soins en France, la ministre de la santé, Brigitte Bourguignon, réactive le doublement de la rémunération des heures supplémentaires pour les soignants et le fait que les élèves infirmiers sont « immédiatement » employables. Des mesurettes qui ne semblent pas être à la hauteur de la problématique.

Les Français privés de soins dès cet été ?

« L’été sera difficile » et il faudra « trouver des solutions pour que les Français ne soient pas privés de soins  », a déclaré Mme Bourguignon, qui a reconnu un « risque de rupture d’accès aux soins réel  ». 120 services d’urgences sont déjà contraints de fonctionner en mode dégradé, en réduisant leurs effectifs ou même en fermant la nuit ou le week-end, selon un décompte réalisé au 20 mai par l’association SAMU-Urgences de France.

Infirmiers et aides soignants : possibilité d’exercer avant la remise du diplôme

Incroyable. Des mesurettes dignes d’un bricolage... La possibilité d’exercer dès l’été pour les élèves infirmiers et aides-soignants dont la formation s’achève en juin ou juillet est donc rendue possible. "Face à la crise, nous prenons de premières mesures d’urgence", a déclaré Christine Bourguignon sur Twitter après une rencontre avec des urgentistes réunis en congrès à Paris. Elle a précisé que les mesures annoncées mercredi seraient "bientôt" complétées par les propositions de la "mission flash" d’un mois confiée la semaine dernière par l’Elysée au docteur François Braun, président de Samu-Urgences de France. "Nous devrons ensuite aller plus loin, pour transformer partout en France notre système de santé, dans un esprit de responsabilité et de solidarité. C’est ce qu’attendent nos concitoyens", a poursuivi la ministre.

Pour Philippe Revel, chef du pôle urgences-adultes-SAMU-SMUR du CHU de Bordeaux : " Il y a eu quelques annonces, c’est positif, réagit . Il faut garder un état d’esprit positif, sinon on n’y arrivera pas cet été." Les urgences du CHU Pellegrin font partie des services touchés de plein fouet par la crise, avec une fermeture décidée la nuit à compter du 18 mai, les patients étant appelés à en passer par le 15 de manière systématique, avant de se déplacer.

L’adresse originale de cet article est https://www.francetransactions.com/...

Votre avis

Un commentaire ? Votre avis, lancement d'un débat ? Question ?

💬 Réagir à cet article Hôpitaux / malaise des soignant Publiez votre commentaire ou posez votre question...