Chèque carburant : Une, Deux et Trois... pistes proches de Zéro pour réduire la facture des carburants. Résultat du match ce vendredi.

Chèque carburant : Une, Deux et Trois... pistes proches de Zéro pour réduire la facture des carburants. Résultat du match ce vendredi. © stock.adobe.com

Si les grandes surface affirment vendre leurs carburants à prix coûtant, tout en offrant des bons d’achats afin d’attirer les consommateurs, le gouvernement affirme étudier encore 3 pistes afin de tenter de réduire la facture. Mais la seule plausible reste le chèque carburant, adressé aux Français les plus modestes.

Publié le

Pas une usine à gaz, promis ! Le gaz est déjà trop cher !

La gouvernement travaille sur 3 pistes actuellement (baisse TVA, bouclier tarifaire et chèque carburant) pour donner une réponse aux Français en proie en difficultés financières pour se déplacer, faute de pouvoir se payer du carburant. Le gouvernement, via Gabriel Attal, a annoncé de midi, que la proposition, qui sera présentée ce vendredi, ne sera pas une usine à gaz.

Attention, aux abris ! Dès lors que le gouvernement promet de ne pas proposer une usine à gaz, au pays de la fiscalité parmi les plus complexes au monde, cela sera sent l’hélicoptère money à plein nez. Ce fameux chèque envoyé aux Français, c’est de loin le plus simple. L’Etat laisse ses taxes élevées sur le carburant, mais envoie des chèques aux Français pour payer les taxes. Ce serait donc cela le plus simple pour la France ?

"Il faut être juste, efficace et simple... En clair éviter la complexité technique", affirme-t-on dans l’entourage du Premier ministre. "Il y a ce qu’on veut faire et ce qu’on peut faire". "Faut pas se mentir, ça coince", reconnaît un conseiller ministériel qui suit le dossier, "ça coince car on ne veut surtout pas prendre une mauvaise décision. Nous sommes attendus au tournant. Si la décision est mauvaise, on créera une bronca et on en subira les conséquences politiques".

Chèque-carburant

Tout comme le chèque énergie, le chèque-carburant reste l’option privilégiée par le gouvernement. Simple, tangible, efficace. L’avantage d’un tel chèque est que la mesure serait à la fois la moins coûteuse et écologique car s’adressant aux personnes ne pouvant bénéficier d’une offre de transports en commun pour se rendre au travail. Le seul bémol réel reste le ciblage. Il existe nombre de Français modestes qui n’ont pas besoin d’acheter du carburant. Pour eux, ce serait donc un chèque énergie double ? "Ce qu’on redoute, c’est l’effet de seuil", témoigne un membre de l’exécutif qui ajoute : "si on envoie le chèque aux mauvaises personnes, ce serait le pire. Si on ne cible pas les bonnes personnes et que des gens qui se sentent légitimes ne le reçoivent pas, ça pourrait agacer".

La crainte est la suivante : qu’un Français qui touche 50 ou une centaine d’euros de plus que les critères choisis soit exclu alors que ce coup de pouce serait loin de lui être négligeable.

Sur fond d’élection présidentielle...

Bien évidemment tout cette hésitation est liée à l’élection de 2022. Un faux-pas et oups, le cauchemar en jaune refait surface (et non, ce ne sera pas votre apéritif anisé préféré).

L’adresse originale de cet article est https://www.francetransactions.com/...

Votre avis

Forum des lecteurs : votre opinion, un témoignage, un avis, lancez un débat!