Le maintien à flot du marché de l’immobilier en France repose-t-il uniquement sur les taux bas des crédits immobiliers ?

Pour une fois, tout le monde semble être d’accord. Le marché de l’immobilier en France tient bon essentiellement par cette politique des taux bas de la BCE. En cas de remontée des taux, la situation devrait être donc bien différente. Les alertes se multiplient. D’autant que la BCE a annoncé clairement la couleur, cette politique non conventionnelle de taux à 0% (taux de refinancement) et taux négatif pour les dépôts, devrait cesser à l’horizon 2019...

mardi 11 septembre 2018, par

Des signes d’inquiétudes, mais rien de grave pour le moment...

Puisque c’est au pied du mur que l’on voit le mieux le mur, rien ne sert de paniquer dès à présent. Juste être prudent et ne pas vouloir à tout prix, c’est le cas de dire, s’endetter une grande partie partie de sa vie, pour acquérir un bien immobilier dont la valeur pourrait baisser de 20 à 30% dans les mois à venir. Le retournement du marché immobilier est attendu pour l’été 2019, pas avant. Cette arlésienne, la remontée des taux d’intérêts, est plus que redoutée. Certains voient même cette fin d’année 2018 comme le calme avant la tempête sur les crédits immobiliers.

Les premiers signes sont pourtant là : les professionnels sentent le vent tourner. Les investissements dans l’[a[immobilier locatif]a] sont en berne, faute de rendement, malgré des conditions de financement exceptionnelles. Cette bulle immobilière que nous connaissons en Europe et en France, inquiète les institutions de Bruxelles, et l’ont identifiée comme étant la probable origine de la prochaine crise financière.

Mais tout va bien pour les emprunteurs en ce moment...

De leur côté les emprunteurs connaissent des conditions de crédits historiques. Des taux plus que bas et des banques conciliantes, devant la baisse de la demande.

Ainsi, selon l’étude IFOP commandée par la FNAIM sur le moral des Français face au marché immobilier (réalisée du 1er au 8 juin 2018), 76% d’entre eux estiment que les taux proposés par les banques sont attractifs tandis que 56% pensent qu’il est aisé d’obtenir un crédit immobilier.

Quel impact ont des taux aussi bas sur le marché ?

Les taux bas maintiennent le marché maintiennent le marché, car, dans le même temps, les prix sont en hausse dans l’ensemble des grandes villes. Sur 1 an, le pouvoir d’achat immobilier est lui en berne. « Sur les villes les plus recherchées : Bordeaux ou Lyon, les emprunteurs perdent respectivement 10,71 m² et 6,22 m² en août 2018 par rapport à août 2017, c’est une pièce, voire une chambre, en moins ! », indique Jean-Marc Torrollion, Président de la FNAIM. 

« En 2016, 83% des interrogés trouvaient les taux des crédits immobiliers attractifs. 76% en 2018 reste encore un très bon score, même si la hausse des taux amorcée depuis plus d’un an, accompagnée des mesures gouvernementales sur les aides à l’accession (recentrage du [a[PTZ]a], suppression des APL Accession), a marqué l’esprit des Français  », renchérit Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de Cafpi

Des taux bas de crédits immobiliers, essentiels au maintien du marché

Selon l’étude IFOP commandée par la FNAIM sur le moral des Français face au marché immobilier , 76% d’entre eux estiment que les taux proposés par les banques sont attractifs tandis que 56% pensent qu’il est aisé d’obtenir un crédit immobilier.

Selon Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de Cafpi, « ce résultat n’a rien de surprenant, car on constate que les taux pratiqués en août 2018 restent très proches des records historiquement bas obtenus à la rentrée 2016 ». Pour rappel, en août 2018, les taux présentés par la météo des taux de Cafpi étaient en baisse :

La tribu éco-citoyenne a la parole !

Exclusivité BforBank : jusqu'à 200€ offerts pour l'ouverture de votre compte courant et votre livret épargne BforBank

jeudi 15 novembre 2018

Cela ressemble déjà aux cadeaux de Noël ! BforBank frappe fort en proposant jusqu’à 200€ de primes et de bons d’achat Amazon jusqu’au 20 (...)

Le Sénat vote une participation exceptionnelle des organismes complémentaires

jeudi 15 novembre 2018

Le Sénat a adopté mercredi soir un amendement au projet de budget de la Sécurité sociale pour 2019 instaurant une participation (...)