Investissement immobilier en Pinel : ces villes, pourtant éligibles, qu’il est prudent d’éviter

Tous les dispositifs d’incitation fiscale ont subi les critiques des investisseurs. Le Pinel ne déroge pas à la règle. En immobilier, l’emplacement vaut le placement. Le zonage Pinel actuel, déterminant les villes éligibles à ce dispositif, est en cause. Certaines villes éligibles affichent des taux de vacance locative totalement désastreux, bien supérieurs à la moyenne nationale. D’autres villes connaissent un marché locatif trop serré, les loyers de marché sont supérieurs aux plafonds de loyers imposés en Pinel. A l’inverse, des villes exclues du dispositif Pinel seraient de bons secteurs d’investissement afin de répondre à un marché immobilier local tendu.

mardi 9 avril 2019, par

BFM Business et Le Laboratoire de l’Immobilier, spécialiste du marché du logement neuf, ont passé à la loupe le dispositif Pinel. Reconduit jusqu’en 2021, le Pinel a subi quelques ajustements : le zonage a été revu en début d’année 2018, les zones B2 et C ont été exclues du dispositif. Si les pièges du Pinel ne manquent pas, cette nouvelle étude montre que ces nouvelles règles de zonage ne changent pas le niveau de méfiance que doivent avoir les investisseurs.

Le taux de vacance locative, un indicateur primordial

Ainsi, comme le publie BFM Business et le Laboratoire de l’Immobilier, ces villes sont à éviter : Lens, Douai et Béthune, trois villes des Hauts-de-France, dont certaines, preuve d’un manque certain d’attractivité, se battent pour garder leurs dessertes TGV. Mulhouse dans le Grand-Est et Elbeuf en Normandie complètent la liste noire des villes à éviter pour investir en Pinel. Deux villes qui elles aussi affichent un taux de vacance extrêmement élevé.

Toutes ces villes affichent un taux de vacance quasiment deux fois plus élevé que la moyenne nationale. Une poignée d’entre elles se trouvent dans le même secteur. Lens, Douai et Béthune, trois villes des Hauts-de-France, dont certaines, preuve d’un manque certain d’attractivité, se battent pour garder leurs dessertes TGV. Mulhouse dans le Grand-Est et Elbeuf en Normandie complètent notre sélection des villes à éviter pour investir en Pinel. Deux villes qui elles aussi affichent un taux de vacance extrêmement élevé.

Les villes les plus rentables en Pinel

Ce tableau des villes les plus rentables via le dispositif Pinel date de 2016, publié par le Journal du Net/MeilleursAgents. Depuis, les conditions ont sensiblement évolué, mais les villes de Rennes, Lille, Lyon, bordeaux, Nantes restent les villes les plus conseillées par les professionnels pour les investisseurs Pinel. Du reste, les prix de l’immobilier ont flambé sur Bordeaux et Nantes, au détriment du rendement.

Des plafonnements de loyers incohérents

Dans le cadre du Pinel, l’investisseur est tenu de limiter le loyer. Des plafonds de loyers Pinel sont ainsi définis par l’Etat pour chacune des zones concernées par le dispositif.

Quand les plafonds de loyers Pinel sont trop bas

Autre anomalie du dispositif Pinel : sur certaines communes, le plafond de loyer imposé est bien inférieur aux loyers de marché. Bilan, l’investisseur ne peut espérer un rendement appréciable de son investissement. L’idée de ces plafonds de loyers n’est pourtant pas de faire fuir les investisseurs, mais uniquement de tenter de juguler la hausse des loyers.

La tribu éco-citoyenne a la parole !

Un peu plus de la moitié des Français (54%) opposés à l'idée de travailler plus

dimanche 21 avril 2019

Une majorité de Français interrogés sur la possibilité de travailler plus y sont opposés (54%), selon un sondage Ifop pour le JDD qui montre (...)

Budget : combien coûte un premier enfant tous les mois ?

vendredi 19 avril 2019

Ces chers enfants. Devenir parent, c’est le plus beau cadeau de la vie, pour la majorité des Français. Quand on aime, on ne compte pas. (...)

Intoxications mortelles dans un Ehpad : ouverture d'une information judiciaire

vendredi 19 avril 2019

Le parquet de Toulouse a ouvert une information judiciaire, notamment pour homicides involontaires aggravés, après la mort fin mars de (...)