CORRIGÉ : Encadrement des loyers parisiens : les dépassements se sont réduits en 2017

Les loyers parisiens ont moins souvent dépassé en 2017 que précédemment le plafond prévu par leur encadrement, annulé par la justice à la fin de cette année-là mais qui doit bientôt être réintroduit par la municipalité, selon une étude publiée jeudi.

vendredi 21 décembre 2018, par

CORRIGÉ : Encadrement des loyers parisiens : les dépassements se sont réduits en 2017

"L’objectif d’élimination des excès semble en partie atteint",estime le bilan annuel de l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne , organisme agréé par le ministère chargé du Logement.

L’encadrement des loyers a été mis en place à Paris en 2015, comme le prévoyait la loi logement dite Alur, mais il a été annulé par lajustice fin 2017. Depuis, la municipalité de Paris a fait part de son intention de le réintroduire à la suite d’une nouvelle loi, dite Elan, qui en laisse le choix aux principales agglomérations.

L’encadrement prévoit de plafonner les loyers 20% au-dessus de leurs montants de référence, calculés par l’Etat à partir de valeurs médianes définies selon les catégories de logements et les zones géographiques.

Selon l’Olap, qui se concentre sur les logements non meublés, le plafond n’était dépassé que pour 21% des emménagements réalisés à Paris en 2017 avantl’annulation du dispositif, contre 23% en 2016 et 26% sur la période de 2015 pendant laquelle la mesure était en vigueur.

Les dépassements se concentrent sur les plus petits logements : lorsqu’ils font moins de 20 mètres carrés, les loyers demandés en 2017 sont supérieurs au plafond dans plus de la moitié des cas.

L’organisme précise que les dépassements ne signifient pas des situations illégales, la loi autorisant un "complément de loyer" au cas par cas. Leur niveau moyen a lui-même baissé, à 134 euros contre 165 euros en 2016 et 186 euros en 2015.

Si l’encadrement semble avoir contribué à une modération des loyers, l’étude souligne aussi que la mise en place de la mesure s’est accompagnée d’une baisse de plus en plus marquée du nombre de locations non meublés disponibles à Paris dans le privé.

Leur nombre baisse depuis plus de quinze ans, mais le mouvement s’est accéléré lors de l’annonce de l’encadrement en 2012, au début du quinquennat de François Hollande.

"On ne peut exclure un effet additionnel de l’annonce puis de la mise en oeuvre de l’encadrement des loyers", conclut l’Olap, évoquant néanmoins d’autres explications, comme la transformation de logements privés en HLM, la part de plus en plus importante des meublés, et l’essor des locations saisonnières.

La tribu éco-citoyenne a la parole !

Six Français sur dix opposés à un report de l'âge légal de départ à la retraite

dimanche 24 mars 2019

Six Français sur dix (61%) se disent contre un report de l’âge légal de départ à la retraite pour financer les frais liés au risque de (...)

Delevoye souhaite que le cumul emploi-retraite permette de gagner des points

dimanche 24 mars 2019

Le haut-commissaireà la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, souhaite assouplir le dispositif de cumul emploi-retraite afin de (...)

CORRIGÉ : Les domaines Center Parcs vont poursuivre leur expansion à l'international

vendredi 22 mars 2019

Center Parcs, marque du groupe Pierre et Vacances déjà forte de 24 domaines en Europe, va développer son concept dans plusieurs nouveaux (...)

Connaissances financières : la grande majorité des Français (77%) estiment ne pas avoir un niveau suffisant

vendredi 22 mars 2019

77 % des Français estiment avoir un niveau de connaissance moyen ou faible sur les questions financières, selon une enquête Audirep (...)

vendredi 22 mars 2019