Voitures autonomes (Google Car et autres) : il faudra un permis pour ne pas les conduire !

Pour ne pas avoir à les conduire, il faudra un permis de conduire spécifique... C’est bon, passez votre chemin !

La Californie s’apprête à mettre en place un permis de conduire spécifique pour les véhicules autonomes, pour avoir le droit de ne pas les conduire.

lundi 21 décembre 2015, par
1 vote
(Google Car|textebrut) ,

L’Etat veut encadrer l’utilisation de ces véhicules avant qu’ils ne deviennent courants sur les routes. Les conducteurs seront responsables mêmes s’ils ne pilotent par le véhicule.

Les voitures autonomes ne sont pas encore sur les routes que la Californie envisage déjà de les encadrer. Le «  Golden State  » a présenté mercredi un ensemble de règles fixant un cadre aux constructeurs qui conçoivent actuellement leurs futurs véhicules. Au terme des textes envisagés, qui doivent être soumis à consultation, la Californie veut obliger les conducteurs à respecter le Code de la route, et les rendre responsables même s’ils ne contrôlent pas le véhicule. Ceux-ci devraient en outre passer un permis de conduire spécifique, après avoir été formés par les constructeurs pour piloter ce type de voitures.

Les véhicules eux-mêmes devraient passer un test supervisé par une autorité indépendante avant d’être mis sur le marché, et les constructeurs ne pourraient, dans un premier temps, pas les vendre mais seulement les louer (en leasing). Les règles présentées mercredi ne concernent pas les voitures conçues pour ne pas avoir de conducteurs, comme celle développée par Google, qui feront l’objet d’autres régulations plus tard. Elles partent en effet du principe qu’un conducteur est toujours en mesure de reprendre la main, ce que ne permet pas la voiture sans conducteur de Google (sauf dans le modèle qui a servi aux tests). Le géant de la tech s’est, par le passé, élevé contre l’idée de réglementer les voitures autonomes, estimant qu’elles respectent par nature le Code de la route et le respectent davantage que les humains. «  Notre préoccupation première est la sécurité, a expliqué un porte-parole de l’Etat. Il faut que les fabricants aient un peu plus de recul sur le comportement de ces véhicules sur les routes avant de rendre cette technologie accessible au grand public.  »

Bien que les voitures autonomes ne soient pas encore très courantes, les technologies d’aide à la conduite se multiplient dans les véhicules traditionnels. Et la plupart des constructeurs automobiles (Audi, Mercedes, Lexus, Tesla, BMW...) travaillent actuellement sur un véhicule autonome, une catégorie de voiture qui pourrait se banaliser dans les prochaines années. Le directeur général de Ford, Mark Fields, avait ainsi prédit en janvier, au salon d’électronique grand public CES de Las Vegas, qu’il y aurait des voitures entièrement autonomes sur les routes américaines d’ici à 2020. Hasard du calendrier, Ford a annoncé mardi qu’il commencerait en 2016 à tester des voitures sans chauffeur sur les routes de Californie.

Partagez cet article
La tribu a la parole : A vous de commenter !

Vos commentaires, questions, réponses, réactions