Apple : la marque à la pomme prend ses clients pour des poires

Apple présente ses excuses, le vers était bien dans la pomme...

Apple reconnaît avoir délibérément ralenti le fonctionnement des iPhones, afin de préserver la longévité de la batterie. On nous prendrait pas pour des abrutis ?

vendredi 29 décembre 2017, par
( Apple|textebrut) ,

La marque à la pomme a délibérément ralenti certains de ses iPhone pour compenser le vieillissement de leur batterie.

Apple a présenté jeudi ses excuses pour avoir délibérément ralenti certains de ses iPhone pour compenser le vieillissement de leur batterie et a baissé le coût du remplacement de celles-ci.

« Nous savons que certains d’entre-vous estiment avoir été dupés par Apple. Nous présentons nos excuses. Il y a eu beaucoup d’incompréhension à ce sujet et nous souhaitons clarifier et vous faire part de certains changements auxquels nous procédons », a indiqué Apple dans un communiqué.

« En premier lieu, nous n’avons jamais fait, et jamais ne ferons quelque chose pour raccourcir intentionnellement la durée d’existence d’un produit Apple ou encore réduire la qualité de nos produits pour amener à en changer », affirme Apple.

Apple avait admis il y a une semaine ralentir volontairement les anciens modèles d’iPhone, dans le but de protéger ces smartphones, ce qui avait relancé le débat, notamment en France, sur l’obsolescence programmée des appareils électroniques.

Les téléphones iPhone ralentissent au fil des mois et des versions d’IOS...

Suite aux révélations récentes de plusieurs médias faisant état de ralentissement des iPhone 6, 6S, SE et 7 après la mise à jour du dernier système d’exploitation, l’association HOP / Halte à l’Obsolescence Programmée a déposé ce jour une plainte contre Apple sur le fondement du délit d’obsolescence programmée.

Avec cette plainte, la France est le troisième pays (après les États-Unis et Israël) dans lequel la firme de Cupertino se voit mise en cause pour obsolescence programmée. Mais à la différence des autres pays, la France en a fait un délit. La loi sur la transition énergétique de 2015 prohibe en effet « la pratique de l’obsolescence programmée, qui se définit par le recours à des techniques par lesquelles le responsable de la mise sur le marché d’un produit vise à en réduire délibérément la durée de vie pour en augmenter le taux de remplacement. » La plainte se fait donc au pénal ; la loi prévoit une peine maximale de deux ans de prison et jusqu’à 300 000 euros d’amende et 5% du chiffre d’affaire annuel.

Partagez cet article
La tribu a la parole : A vous de commenter !

Vos commentaires, questions, réponses, réactions