Le diplôme reste la meilleure garantie pour les jeunes !

Le diplôme, le bon sésame pour le monde du travail.

Présent sur tous les continents, le cabinet Aon Hewitt, spécialisé dans les activités de conseil et d’externalisation, publie une enquête annuelle sur la

mardi 26 avril 2011, par
( Travail|textebrut) , , , , , ,

Présent sur tous les continents, le cabinet Aon Hewitt, spécialisé dans les activités de conseil et d’externalisation, publie une enquête annuelle sur la rémunération des jeunes diplômés débutant dans un premier emploi.

Que ce soit pour trouver un emploi ou pour bénéficier d’une progression de carrière et de salaire, le diplôme, surtout d’études supérieures, reste le bon sésame pour le monde du travail.

La tendance est au beau pour les jeunes diplômés qui abordent leur premier emploi, même si ce n’est pas encore un soleil éclatant. C’est ce qui ressort de l’enquête du cabinet international Aon Hewitt qui s’est penché sur leurs salaires.

L’amorce d’une reprise économique après une période très sombre et la nécessité de remplacer un certain nombre de cadres qui partent ou vont partir prochainement en retraite, conduite les entreprises à faire un effort pour attirer les jeunes cadres dont elles ont besoin. Elles sont apparemment prêtes à faire un effort spécifique en leur faveur en matière salariale, puisque près de la moitié d’entre elles envisagent une augmentation d’environ 3,4%, soit près d’un point de plus que celle des cadres confirmés.

Il faut cependant faire une réserve sur cette annonce, car contrairement à leurs aînés, les cadres débutants d’aujourd’hui voient grossir la part variable dans leur rémunération annuelle, ce qui est beaucoup plus aléatoire comme garantie. Outre les primes diverses, des plans d’épargne-retraite, c’est aussi dans certains secteurs le retour des stocks-options.

Autre différence notable avec leurs prédécesseurs, 85% des contrats de travail proposés aux jeunes cadres sont des contrats à durée déterminée. Comme on pouvait s’y attendre, l’étude d’Aon Hewitt souligne la différence de traitement entre les diplômés d’un master ou de diplômes de niveau bac + 2, et ceux qui ont acquis un niveau bac +5 ou sont passés par les grandes écoles. Ces derniers bénéficient d’un bonus substantiel en matière de salaire et de progression de carrière.

Dans un contexte d’emploi extrêmement difficile pour les jeunes, le diplôme reste une meilleure garantie de succès, et de loin. Le taux d’emploi de ceux qui ont un diplôme supérieur est d’environ 85%, contre 70% pour ceux qui sont dotés d’un diplôme d’études secondaires, et 49% pour les non-diplômés. La proportion de jeunes qui sortent du système scolaire sans diplôme est d’environ 18%, mais plus grave, cette proportion n’évolue plus depuis les années 90. Une raison sérieuse pour revoir notre système éducatif qui a perdu toute ambition de corriger les inégalités sociales, base d’une conception républicaine de l’école.

Partagez cet article
La tribu a la parole : A vous de commenter !

Vos commentaires, questions, réponses, réactions