Optic 2000 poursuit ses efforts en faveur de la santé visuelle

La santé visuelle serait-elle devenue le parent pauvre de la santé en France ?

Le désengagement de l’Assurance Maladie comme la pénurie d’ophtalmologues et le déficit d’information ne sont pas de meilleur augure face à la hausse des besoins en santé visuelle. Aussi, les acteurs de la filière comme Optic 2000, multiplient les initiatives afin de sensibiliser les différentes parties prenantes à cet enjeu de santé publique. Adossé au premier réseau d’opticiens en France, la coopérative se pose en chef de file de la mobilisation sur une problématique tournant à l’urgence.

jeudi 17 novembre 2016, par

Une mobilisation citoyenne

« On observe un grand décalage entre les maux que l’on constate et la mobilisation générale. Avant que les problématiques soient acceptées par tous, combien de temps se passe ? », interroge Yves Guénin, secrétaire général d’Optic 2000.

Comme de nombreux professionnels du secteur, Yves Guénin pointe ainsi l’urgence à faire de la santé visuelle un enjeu de santé publique. Il s’agit de mobiliser l’ensemble des acteurs de la filière dans une approche « pluridisciplinaire », et d’« enrober tout ça dans un langage commun et porter le message avec des supports partagés » ajoute-t-il.

Optic 2000 s’est imposé comme le fer de lance des propositions en contribuant notamment à la rédaction d’un Livre Blanc intitulé « Qualité et santé visuelles. Pour une filière d’excellence », élaboré avec une vingtaine d’acteurs du secteur, industriels et médecins. But de la manœuvre : (re)mettre le patient au cœur de la politique de soins visuels et de répondre aux besoins des Français qui sont de plus en plus prégnants. Ce type de volontarisme n’est pas nouveau pour l’entreprise, par ailleurs engagée auprès de l’association AFM-Téléthon et militant pour le développement de biothérapies innovantes pour vaincre les maladies rares. A l’instar de la filière optique, l’enseigne coopérative est confrontée au quotidien aux problématiques de santé visuelle, alors que l’OMS (1) fait par exemple état de la hausse de la myopie chez les jeunes.

La prévention au cœur des enjeux sociétaux

En effet, l’étude de l’organisation internationale est assez alarmante. En cause, l’évolution des modes de vie et la multiplication des écrans dans notre quotidien. Dans ce contexte, Optic 2000 a également fondé l’Observatoire de la santé visuelle et auditive afin de se positionner sur ces enjeux sociétaux. Nouveau volet dans la politique de prévention de la coopérative, Cet observatoire entend prendre acte des interactions entre la santé et la société. Une démarche interdisciplinaire qui mobilise des experts reconnus tels que le professeur Dominique Brémond-Gignac (2), ophtalmo-pédiatre qui s’intéresse au développement visuel de l’enfant et de l’adolescent ou le docteur Sylvie Chokron (3), neuro-psychologue, qui analyse l’impact de l’utilisation intensive des outils informatiques sur nos processus cognitifs et perceptifs.

L’Observatoire Optic 2000 a mené sa première étude sur la vue et l’audition des adolescents, une population particulièrement sensible aux troubles visuels. Si les raisons de ces atteintes précoces n’ont pas toutes été identifiées, la surexposition aux écrans est largement pointée du doigt. En effet, les jeunes passent en moyenne 4h24 devant un écran chaque jour et 6h pendant le week-end. L’Observatoire indique également que près de la moitié des adolescents interrogés ont déjà ressenti une gêne visuelle liée à cette surexposition aux écrans numériques. Or seuls 25% des jeunes sont attentifs à ces enjeux. L’inquiétude est plus marquée chez les parents, qui sont 70% à alerter leur enfant sur les risques d’une utilisation intensive des écrans pour leur santé visuelle. L’autorité parentale ne semble pas suffisamment efficace afin de faire évoluer ces comportements.

En revanche, les adolescents disent être davantage sensibles aux recommandations des professionnels. « Nos opticiens et audioprothésistes ont donc un vrai travail de prévention à faire pour que les jeunes soient mieux informés », souligne ainsi Didier Papaz, président du groupe Optic 2000. En ce sens, la marque promeut les recommandations formulées par les experts de l’Observatoire et met en place différentes « actions santé », destinées à préserver le capital visuel et auditif des jeunes. Il s’agit également de conseiller et d’accompagner les parents en charge des dépenses de santé de leurs enfants. Une charge de plus en plus lourde pour les ménages français, qu’il s’agisse de santé visuelle ou auditive.

Haro sur le reste à charge

De notoriété publique, les dépenses de santé visuelle comptent parmi les plus onéreuses ; de nombreuses familles ne peuvent avancer les frais de santé. Jusqu’à renoncer à s’équiper en équipements optiques ? C’est aujourd’hui une réalité comme le montre le sondage Harris Interactive (4), commandé par la Mutualité française à l’occasion des états généraux de la santé visuelle. Ces résultats donnent sens aux efforts poursuivis par Optic 2000 depuis des décennies. A l’origine du principe de « deuxième paire pour un euro », l’accès aux soins est l’une des lignes d’effort historique d’Optic 2000.

Le résultat du volontarisme de l’enseigne se mesure depuis de façon tangible : Optic 2000 et sa filiale Lissac (5) sont plébiscités pour la troisième année consécutive par les professionnels qui saluent la qualité de ses équipements, les compétences techniques des équipes dans les 1200 magasins, l’action en faveur de la santé visuelle et le rapport qualité/prix des offres. Mais l’enseigne « d’opticiens citoyens et solidaires », ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. A peine achevé le Tour Auto Optic 2000 édition 2016, qui proposait des tests gratuits de la vue et de l’audition sur chacune des étapes de l’évènement, l’enseigne coopérative est déjà dans les starting-blocks pour l’édition 2017.

(1) http://sante.lefigaro.fr/actualite/... (2) http://www.observatoire-groupeoptic... (3) http://www.observatoire-groupeoptic... (4) http://www.ladepeche.fr/article/201... (5) http://www.acuite.fr/actualite/maga...

Partagez cet article
La tribu a la parole : A vous de commenter !

Vos commentaires, questions, réponses, réactions