Oeufs empoisonnés au Fipronil : ils n’ont pas passé la frontière française...

Toutes les productions d’aliments industriels sont potentiellement concernées, mais les œufs contaminés n’auraient pas passé la frontière... Merci les douaniers !

Comme pour le nuage de Tchernobyl, les œufs contaminés n’auraient pas passé la frontière. En Allemagne, en Suisse, en Belgique et aux Pays-Bas, de nombreuses chaînes de supermarchés ont retiré de leurs rayons des centaines de milliers d’œufs contaminés par un insecticide toxique.

mardi 8 août 2017, par
1 vote
( Scandale|textebrut) , ,

Ce scandale sanitaire ne concerne pas la France, à l’exception d’un élevage dans le nord placé sous surveillance par précaution, mais dont les œufs n’ont pas été mis à la vente, selon la source officielle.

Du Fipronil (insecticide toxique) dans vos gâteaux !

Depuis le 4 août dernier, en Allemagne, c’est la course aux poules saines. Les supermarchés Aldi ont retiré brusquement tous les œufs de la vente. Cette décision du discounter fait suite à la découverte dans certains œufs néerlandais d’un taux trop élevé de Fipronil, un insecticide toxique interdit dans le traitement des animaux destinés à la chaîne alimentaire par l’UE.

Or des aviculteurs néerlandais et allemands avaient acheté un désinfectant, le Dega-19 à la société Chickfried. Selon les médias belges et néerlandais, la société néerlandaise mise en cause, aurait acheté son désinfectant dans le nord de la Belgique, auprès de la société Poultry-Vision. L’avocat de cette dernière a affirmé à la presse que l’entreprise n’est pas responsable de l’utilisation potentiellement frauduleuse du produit. Poultry-Vision « a correctement informé les acheteurs », a-t-il affirmé.

Une contamination connue depuis le mois de juin !

Interrogé, le ministre de l’Agriculture allemand, Christian Schmidt a haussé le ton : « J’attends des autorités compétentes qu’elles élucident (ce dossier) rapidement et minutieusement. En particulier la Belgique et les Pays-Bas en ont ici l’obligation ». « Quelqu’un a clairement procédé avec une énergie criminelle pour frelater (des œufs) avec un produit interdit », poursuit-il. Le débat est d’autant plus houleux que les autorités belges savaient depuis juin qu’il y avait « un problème » avec la contamination des œufs, mais avaient gardé le secret pour éviter de gêner le déroulement de l’enquête pour « fraude ». Elles n’avaient alerté les pays voisins que le 20 juillet. « Nous sommes au courant depuis début juin qu’il y avait potentiellement un problème de Fipronil dans le secteur avicole », a déclaré Katrien Stragier, une porte-parole de l’Agence belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire, sur une chaîne de télévision flamande.

Quels risques pour la santé du consommateur ?

Des contrôles ont confirmé la présence de Fipronil en faibles doses dans certains œufs, en Belgique. Cependant, l’Agence belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) a assuré que les concentrations restaient très en dessous des seuils prévus par la réglementation européenne qui sont basés sur la consommation de deux œufs par jour. « Pour l’instant, nous ne voyons aucun danger pour la santé publique », affirme l’Afsca. Le ministre belge de l’Agriculture Denis Ducarme se veut lui aussi rassurant concernant les taux de l’insecticide prohibé dans les œufs belges. Selon lui, « une personne de 70 kg peut manger une quinzaine d’œufs avant même d’éprouver - à cause du Fipronil - de potentiels problèmes de santé ». Qu’il les mange ces œufs !

Partagez cet article
La tribu a la parole : A vous de commenter !

Vos commentaires, questions, réponses, réactions