Plus d’enfants et durée de vie allongée.

Il fait bon vivre en Europe.

Les populations européennes vivent de plus en plus longtemps et donc vieillissent irrémédiablement.Heureusement, pour le renouvellement des générations,

jeudi 14 avril 2011, par
( Europe|textebrut) , , , , , , , , , ,

Les populations européennes vivent de plus en plus longtemps et donc vieillissent irrémédiablement.

Heureusement, pour le renouvellement des générations, elles ont également tendances, depuis 2003, à faire plus d’enfants.

La fécondité et l’espérance de vie ont progressé en Europe. Eurostat, l’agence européenne des statistiques, vient de publier un rapport sur le sujet. Ce rapport fait un état des lieux de la démographie de l’Union des 27.

Plus de naissances Après de fortes baisses enregistrées entre 1980 et 2000, le taux de fécondité est reparti à la hausse en 2003 dans l’Union européenne. En 2009, la France et l’Irlande ont été les deux pays européens affichant le taux de fécondité le plus élevé. Ils ont ainsi arboré respectivement un taux de 2,00 enfants par femme pour la France et de 2,07 pour l’Irlande. Le Royaume-Uni se place en troisième position avec un taux de 1,96 (en 2008) et la Belgique en quatrième place (1,84).

Une progression rapide presque partout Entre 2003 et 2008, la moyenne européenne de l’indice de fécondité est passée 1,47 enfant par femme à 1,60. Le rapport indique que certains pays ont été marqués par une forte hausse de leur taux de natalité. C’est notamment le cas de certains pays d’Europe de l’Est. La Bulgarie est par exemple passée d’un taux de 1,23 enfant par femme en 2003 à 1,57 en 2009. Le taux de fécondité de la Slovénie a quant à lui fait un bond de 1,20 enfant par femme à 1,53.

Le seuil de renouvellement non atteint Le nombre d’enfants par femme qui est nécessaire pour maintenir le renouvellement des générations européennes est d’environ 2,1 enfants par femme. Pourtant, malgré l’augmentation du taux de fécondité dans les pays de l’Union, ce seuil n’est pas atteint. Certains pays sont largement à la traine. La Lettonie a un taux de 1,31, l’Allemagne de 1,36, la Hongrie et le Portugal de 1,32. Ce dernier fait également partie des pays européens pour lesquels l’indice de fécondité est resté en berne entre 2003 et 2009 avec le Luxembourg et Malte.

Augmentation de l’espérance de vie L’Europe continue de vieillir. Actuellement, la moyenne de la durée de vie d’une femme en Europe est de 82,4 ans et de 76,4 ans pour les hommes. En cinquante ans, cette espérance de vie a gagné 10 ans. Pour les hommes, le pays qui arrive en tête est la Suède avec une moyenne de 79,4 ans, suivi de l’Italie (79,1 ans) et de l’Espagne (78,7 ans). Les femmes vivent quant à elles le plus longtemps en France (85,1 ans), puis en Espagne (94,9 ans).

Suivant les taux de fécondités européens, certes en progression, et l’espérance de vie qui se prolonge, l’Europe risque d’être confrontée à un grave problème de vieillissement de la population. Le nombre des personnes de 60 ans et plus vivant en Europe croît actuellement de plus de deux millions chaque année, à peu près deux fois le taux observé jusqu’à il y a encore trois ans indique le rapport européen. Il souligne également que l’immigration est actuellement le moteur de la croissance de la population dans la majorité de ces pays. Venant de pays hors de l’Union ou de mouvements internes à l’Europe, environ 3 à 4 millions de personnes se sont installées chaque année en Europe entre 2004 et 2008.

Partagez cet article
La tribu a la parole : A vous de commenter !

Vos commentaires, questions, réponses, réactions