Pics de pollution : la vérité sur son origine, les centrales à charbon allemandes

Les médias se plantent sur l’origine de la pollution de l’air, dîtes plutôt merci à nos voisins allemands avec leurs centrales à charbon...

Vous pensiez que la pollution était principalement due à la circulation auto ? Evidemment, c’est ce que les médias vous racontent à longueur de journée. Et pourtant, les voitures ne représentent que 44% de la pollution... La majorité vient d’ailleurs, comme la vérité du reste...

lundi 12 décembre 2016, par
2 votes

Vous n’avez pas senti comme une odeur de charbon dans l’air ?

Pics de pollution à répétition... Paris, Lyon... Il suffit qu’un anti-cyclone se pose sur la France et bim, nous apparaissons tous comme des gros pollueurs, tout dégoûtants. Nos voitures polluent, certes, c’est vrai. Mais la principale cause de la pollution est liée aux flux d’airs en provenance des pays voisins... Et en particulier de l’Allemagne. Ce pays, si fort pour son industrie et ses centrales à charbon...

Ces particules qui osent passer la frontière sans en demander la permission

L’ouverture des frontières sur la zone Euro, c’est bien dommage. Avec Tchernobyl, le nuage radio-actif ne l’avait pas franchie (sic). Mais maintenant, les particules de pollution allemandes passent le Rhin sans encombre et pourtant, rien ne filtre sur les médias, comme pour Tchernobyl, les vents d’ouest sont dominants en France... Disent-ils en écartant ce sujet d’un revers de mains.

PNG - 204.5 ko
Pollution aux particules fines, nos voisins allemands dégustent un maximum, et nous envoient malgré eux leurs restes...

li Centrales à charbon, une hérésie au 21eme siècle

Centrale à charon allemande, image d'illustration La pollution aux particules fines (PM2.5, particules en suspension dans l’air, d’une taille de 2.5 micros) n’est pas du en principal à la circulation automobile, mais bel et bien au flux du nord-est en provenance de l’Allemagne. Leurs centrales à charbon et leurs industries continuent de polluer à outrance, c’est une véritable calamité. Regardez donc les cartes de pollution sur l’Europe. L’Allemagne est dans le rouge absolu. Vous pouvez mettre en place tous les filtres que vous souhaitez, les particules les plus fines, vous ne pourrez jamais les stopper. Il faudrait alors ne pas rejeter les fumées, même retraitées dans la nature.

Les vents d’ouest dominants en France ? La bonne blague... Non, pas toujours en période d’anti-cyclone !

Il est quand même incroyable que ma girouette posée dans mon jardin n’indique pas une provenance de vent d’ouest.... Ces vents dominants en région parisienne. Et pourtant, c’est bien constaté. Selon la position de l’anti-cyclone sur la France, le courant d’air dominant peut être est un flux de nord-est, comme par hasard. C’est en toute logique qu’un anti-cyclone ancré sur l’Est de la France envoi des masses d’air de flux de nord-est, dans le sens de rotation inverse des aiguilles d’une montre.

Le site www.prevair.org vous permet de visualiser, sur une carte de l’Europe, 4 polluants principaux : dioxyde d’azote, ozone, et les particules en suspension dans l’air de 10m et de 2.5m. Sans conteste, la pollution aux particules fines nous vient directement d’Allemagne en grande partie. Le flux d’air de l’anti-cyclone posé sur les France ramenant toutes les particules du nord est sur la région parisienne et l’Est de la France. L’épisode de neige de particules fines à Strasbourg est sans appel.

Circulation alternée à Paris ? Une vaste blague !

La circulation alternée n’empêche en rien la pollution, près de 415 km de bouchons jeudi dernier au pire de la journée (300km habituellement). Il faudrait interdire tout simplement la circulation automobile aux véhicules thermiques dans la Capitale pour avoir un effet réel sur l’environnement.

L’effet mesuré par Air Paris est, tenez-vous bien de l’ordre de 5 à 10% sur la qualité de l’air. Etrange pour la première cause de pollution qu’une restriction de son usage ne fasse pas baisser plus largement la pollution.

li des automobilistes irrespectueux de la circulation alternée

Les automobilistes ne sont pas évidemment tous irrespectueux des règles, mais il est tellement facile de prendre un taxi que cela semble juste un non sens total. Ces derniers réalisent du reste leurs meilleures journées en termes de chiffres d’affaires ces jour-là. Les trajets sont donc encore plus nombreux, un non sens total. Si l’on souhaite réduire l’activité, il faudrait faire comme en Chine, fermer les usines, interdire les déplacements au strict minium, bref, impensable pour le moment en France.

Diesel, première source de particules fines

De plus en plus de pays interdisent le diesel dans les grandes villes, car c’est le polluer numéro 1 : particules fines, d’une taille inférieure à 2.5m, passant facilement au travers des filtres de dernière génération. A Tokyo, en seulement 10 ans, la ville a retrouvé une qualité d’air inégalée depuis la mise en place de capteurs, simplement en interdisant les véhicules diesel. En France, cela s’annonce encore compliqué, car les mesures s’appuient sur le CO2, pour inciter ou réduire certains types de moteurs. C’est un point pour le moins stupide, car le CO2 est recyclé par la nature...

Le pic de pollution a pris son week-end ?

Les autorités nous prennent pour des bennets de premier ordre. Le pic de pollution serait parti en week-end les 10 et 11 décembre 2016. Et oui, car la circulation alternée a été levée...

La pollution déjà observée depuis plus d’une semaine n’est pas près de se dissiper. L’anticyclone installé sur l’Europe de l’Ouest devrait persister. Or il s’accompagne d’une absence de vent et entraîne un phénomène d’inversion de températures : le matin et le soir, l’air est plus froid au niveau du sol qu’en altitude et se trouve piégé, à moins de 100 mètres de haut. Les polluants s’accumulent dans cette couche d’air très mince.

Episodes de neige de particules à Strasbourg, mais pas à Bordeaux, bizarre ?

La pollution aux particules, qui sévit depuis plusieurs jours dans une grande partie de la France, a eu des conséquences inattendues en Alsace : elle s’est traduite par de légères chutes de neige autour de certaines zones industrielles, une niege bien particulières : des particules de pollution.

Il vaut mieux fouler aux pieds la pollution que la respirer

Ce phénomène peu courant - sans être rare - est dû à la condensation de l’humidité ambiante autour des particules, celles-ci se transformant alors en flocons de neige. Il aboutit à une situation surprenante, où les abords des zones industrielles en plaine sont recouvertes d’un fin manteau blanc, alors que dans le même temps les sommets vosgiens, au-dessus du brouillard, jouissent d’un bel ensoleillement et de températures plus clémentes.

Pourquoi les médias n’en parlent pas ?

C’est toujours délicat d’incriminer notre voisin et néanmoins ami. Lorsqu’il fait son BBQ dans son jardin, même si l’odeur de la merguez vous indispose, vous vous dîtes que cela n’est pas trop grave. Cela passera rapidement. Il est toujours plus facile de demander à ses enfants de ne pas jouer avec les bougies d’anniversaire dans le salon. Vous gardez ainsi la maîtrise de la situation et restez bon ami avec votre voisin.

La peur que les Français soient trop stupides et cessent de faire des efforts ?

Le fait de dire que la pollution vient en grande partie de l’Allemagne aurait également un risque : démotiver les Français à faire des efforts pour améliorer notre qualité de vie. En disant que la pollution n’est que partiellement de notre fait, certains ne seraient plus du tout motivés pour réduire leurs émissions... Pas faux. Mais à jouer à ce petit jeu là, ces Français traités comme des enfants à qui l’on cache la vérité ne grandiront donc jamais... Pourquoi leur laisser donc le droit de vote ? S’ils ne sont même pas capables de comprendre cela.

Partagez cet article
La tribu a la parole : A vous de commenter !

Vos commentaires

  • Le 21 janvier à 12:01, par Tabilt En réponse à : Pics de pollution : la vérité sur son origine, les centrales à charbon allemandes

    Sur Paris, la pollution est vraiment visible si vous vous rendez du côté de Montmartre. Et ce n’est pas ce que la direction de la municipalité actuelle essaie de faire avec ses vignettes qui va changer quelque chose. Il y a de plus en plus de monde et de voiture sur terre, donc les pics de pollution, on ne peut pas y échapper...

Vos commentaires, questions, réponses, réactions