Google : intelligence artificielle ou véritable connerie humaine ?

Les premiers couacs de l’intelligence artificielle ne semblent pas vouloir arrêter Google dans sa folie du tout automatisé...

Google a confirmé lors de sa grand messe Google I/O 2016 vouloir mettre de l’intelligence artificielle partout. Google a déjà mis la main basse sur ce secteur et emploi déjà un tiers des ingénieurs en Intelligence Artificielle de la planète.

vendredi 20 mai 2016, par
1 vote
(Google|textebrut) ,

Pour l’instant l’intelligence artificielle, ce sont plutôt des machines à apprendre n’importe quoi, sans véritable intelligence. Cela fait sourire, pour le moment, car nous semblons encore maîtriser les choses. Mais Google souhaite passer à la vitesse supérieur, et placer des modules d’intelligence artificielle dans tous les secteurs.

Intelligence artificielle : des couacs qui font sourire

Les couacs de l’intelligence artificielle sont nombreux et montrent combien pour lemoment, nous sommes bien loin d’avoir inventer des systèmes intelligents. Ils sont plus proches de la connerie humaine...

Google Maps a la source de nombreuses erreurs

Comme son moteur de recherche, Google, tient compte de ce que font les intenrautes, dans leur majorité, pour déterminer ce qui est correct ou ne l’est pas. Déjà sur le papier, on peut se demander si cette stratégie est véritablement intelligente. Elle ne l’est pas. La majorité n’a pas toujours raison. Pour preuve...

Une entreprise de démolition utilisait Google Maps comme outils de navigation pour se rendre sur les lieux de maison à démolir. Sauf que, Google Maps se trompe souvent, du moins, les internautes se trompent souvent, et comme Google Maps corrige ses données en fonction de ce qu’indique les internautes dans leur comportement, forcément... Bref, eux noms de rue qui se ressemblent, les internautes dans leur majorité se trompent entre les deux noms, et voilà... L’erreur est validée par Google Maps. Bilan : une maison est détruite à tort.

Agents conversationnels : une grande misère, une profonde débilité

Dernier couac en date de l’intelligence artificielle, l’agent conversationnel, dit intelligent, Tay de Microsoft. Cette machine sensée répondre à une conversation sur twitter, sait apprendre ce que l’on lui raconte. Sauf que, bien évidemment, si on lui raconte des conneries, elle les prend pour de l’argent comptant. Preuve que ce type de machine n’est doté aucune forme d’intelligence. Elles est devenue raciste, en moins de 4 heures. Il a suffit aux internautes de lui envoyer de multiples messages indiquant des propos négationnistes et racistes. Bref, l’apprentissage de la connaissance est basique, mais la machine ne comprend pas ce qu’elle apprend.

Google veut faire mieux, avec Google Assistant

Vous le connaissiez, peut-être, sous le nom de Now, désormais l’assistant virtuel de Google répond au sobriquet bien plus explicite de... Google Assistant. Et lors de la keynote d’ouverture du Google I/O, Sundar Pichai, l’actuel patron de l’entreprise, a clairement misé sur lui. Certes, de nombreuses choses ont été annoncées (un Android remodelé, qui cherche encore son nom, une nouvelle plateforme dédiée à la réalité virtuelle baptisée Daydream, la nouvelle génération de l’Android Wear...) mais l’Assistant a très nettement tiré son épingle du jeu.

Cela tient notamment à ses performances, largement augmentées par Google, qui en font l’une des plus redoutables intelligences artificielles du marché, capable de faire le lien entre les différentes questions de l’utilisateur, de comprendre le contexte, bref, d’avoir une conversation de plus en plus poussée avec l’internaute (en anglais, pour l’instant, même si d’autres langues sont certainement en route).

Partagez cet article
La tribu a la parole : A vous de commenter !

Vos commentaires, questions, réponses, réactions