Fausses promotions sur Internet : la DGGCRF épingle des grands noms des ventes en ligne

Beaucoup d’internautes pensent encore faire de bonnes affaires, à tort. Des sites de ventes privées, aux mastodontes des ventes en ligne comme Amazon, les fausses promotions sont légions sur la toile.

Nous nous sommes tous au moins fait avoir une fois ! Ce n’était un secret pour personne, mais cette fois-ci la coupe est pleine. La DGGCRF a rendu public moins d’une vingtaine de grands noms des ventes privées, en passant par Amazon, pour tromperie, des vraies fausses promotions, incitant les internautes à passer à l’achat.

jeudi 23 février 2017, par
1 vote

Vente-privée, Showroomprivé, ... De vraies fausses bonnes affaires en ligne

Plus c’est gros, plus ça marche ! Les internautes pensaient faire de bonnes affaires, avec des promotions à la clé, auxquelles ils devaient être les seuls à pouvoir en profiter. Sauf que, le plus souvent, le prix n’était pas véritablement réduit. Voyages, objets, électro-ménager... Tout y passe.

La liste des sites épinglés par la DGCCRF est révelée en exclusivité, dans « le Parisien » - « Aujourd’hui en France ». La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a enquêté pendant des mois sur l’arnaque des fausses promotions sur Internet.

Entre fin 2015 et courant 2016, 19 entreprises d’e-commerce ont été prises en flagrant délit de tromperie commerciale. Exemples ? Les tours de passe-passe sont nombreux pour leurrer l’internaute : des « soldes » au même prix de vente qu’avant le lancement, des prix de référence revus à la hausse pour afficher un pourcentage de promo plus alléchant, ou encore des réductions à ne pas louper, soi-disant limitées dans le temps, mais qui se renouvellent en réalité toute l’année...

Selon la DGCCRF, ces pratiques trompeuses sont généralisées sur la Toile. Et, pour la première fois en France, elles ont fait l’objet de condamnations non négligeables. Au total, l’amende s’élève à 2,4 M€.

Amazon, Zalando, H&M, Vente-privée, Showroomprivé, Grosbill, Comptoir des cotonniers...

Hormis Amazon, condamné à 1 million d’euro d’amende, les sites de forte notoriété comme Zalando, H&M, Vente-privée, Showroomprivé, Grosbill, Comptoir des cotonniers, Gérard Darel... — ont été condamnés, verbalisés ou sont encore dans le viseur de la DGCCRF.

«  Les enquêtes de la DGCCRF se poursuivent en 2017 pour assurer au consommateur qu’une bonne affaire est toujours une bonne affaire », assure Martine Pinville, la secrétaire d’Etat chargée du Commerce.

Pour autant, la DGCCRF tente de positiver. Après sa condamnation, Amazon a par exemple mis en place des procédures pour vérifier — tous les trimestres seulement — le prix de référence renseigné par ses fournisseurs. Idem chez Zalando qui précise dans un courriel que ses clients ont davantage d’informations sur les prix. « Cela va dans le bon sens, reconnaît-on à la DGCCRF. A nous d’être vigilants mais, en cas de récidive, la justice pourrait aller plus loin. » Car si, pour cette première condamnation, certaines amendes s’apparentent à de simples avertissements, en cas de récidive, les géants du Web pourraient être obligés de verser jusqu’à... 10 % de leur chiffre d’affaires !

(source : http://www.leparisien.fr/economie/f...)

Partagez cet article
La tribu a la parole : A vous de commenter !