« Faites de la France le premier pays bio d’Europe », demandent aux candidats les acteurs du bio

lundi 20 mars 2017, par

Un changement culturel se produit en faveur de l’alimentation en produits issus de l’agriculture biologique. Il faut des mesures concrètes pour développer celle-ci, demandent les professionnels du bio et les ONG, qui interpellent les candidats à l’élection présidentielle.

90 % de sondés en faveur d’une transition agricole. 86 % pour une interdiction progressive des pesticides d’ici à 2025. 82 % souhaitent des aides spécifiques pour aller vers au moins 20 % des surfaces agricoles en bio.

Ce sont les résultats sans appel du sondage commandé à l’IFOP par sept organisations agricoles et environnementales. Dévoilés mercredi 15 mars, ils viennent à l’appui de la campagne lancée le même jour : «  Moi président-e, en 2017, je vote pour une agriculture bio et citoyenne.  »

«  Encore une fois, cela montre que la société est en avance sur les politiques  », estime Stéphen Kerckhove, délégué général de l’association Agir pour l’Environnement. «  Et le sondage indique que quel que soit le bord politique des personnes interrogées, il y a très peu de différence  ». Ainsi, pour la question concernant la transition agricole et alimentaire, 93 % des sympathisants de gauche l’estiment prioritaire, le résultat étant de 88 % pour les sympathisants de droite.

«  L’unanimité politique en faveur du modèle de l’agriculture productiviste n’existe plus, se félicite Julien Adda, délégué de la Fédération nationale de l’agriculture biologique (FNAB), syndicat représentant les agriculteurs bio. Plus de mille élus ont signé notre Pacte bio 2017, qui se donne pour objectif de faire de la France le premier pays bio d’Europe.  »

«  Nous ouvrons des épiceries paysannes et cela intéresse toutes les catégories socio-professionnelles, observe Jean-Christophe Robert, directeur de l’association Filière Paysanne. On voit comment les scandales alimentaires font désormais tout de suite le buzz, ou comment la publicité des grandes enseignes met en avant le bio et le local. S’ils ont ce discours, c’est qu’ils savent que leurs clients y sont sensibles.  »

""

Préserver les terres agricoles

Dix mesures sont ainsi mises en avant. Parmi elles : 20 % de surfaces agricoles en bio d’ici 2022, et 50 % de bio et local à la cantine  ; reconnaissance des semences paysannes et protection de leur usage collectif contre les brevets  ; interdiction totale des OGM  ; réduction des émissions de gaz à effet de serre agricoles…

Point important, la préservation des terres agricoles. Pour cela, Jean-Christophe Robert propose de reprendre une mesure déjà appliquée outre-mer : «  Là-bas, les commissions départementales de préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers ont un réel pouvoir décisionnaire. Et cela se passe beaucoup mieux  ! Par ailleurs, l’Union européenne nous demande de tendre vers l’artificialisation zéro des sols agricoles  », rappelle-t-il.

L’inquiétude vient aussi de l’arrivée d’investisseurs étrangers. «  Les industriels chinois ont acheté   », poursuit-il. Pour éviter l’accaparement des terres agricoles, les associations demandent donc la mise en place d’outils juridiques pour lutter contre ces investisseurs qui ne sont pas agriculteurs.

«  D’ailleurs, si les Chinois viennent prendre des terres chez nous, c’est qu’ils ont évolué vers un régime alimentaire plus carné  », ajoute Freddy le Saux, président de l’association Terre de Liens, qui aide à l’installation de jeunes agriculteurs, en particulier en achetant des terres. Le lien est fait vers la proposition suivante, qui souligne l’évolution nécessaire de notre régime alimentaire, avec moins de viande et de laitages, au profit des végétaux.

Les fermes-usines sont aussi visées. Parmi les organisations présentes, le CIWF (Compassion in world farming), qui défend le bien-être des animaux d’élevage, propose un plan de désintensification de l’élevage. «  80 % des animaux élevés en France sont dans un système industriel, indique Léopoldine Charbonneaux, directrice de l’association. Pour basculer vers le plein air, il faut aussi informer le consommateur avec un étiquetage du mode d’élevage sur tous les produits animaux.  »

Côté pesticides, Dominique Cena, porte-parole de l’Unaf (Union nationale de l’apiculture française), demande une interdiction rapide des molécules les plus dangereuses et plus de moyens pour la recherche sur les alternatives aux pesticides.

Enfin, le mouvement Inter-régional des Amap (associations pour le maintien d’une agriculture paysanne) plaide de son côté pour une ouverture de l’agriculture aux citoyens. «  Un certain nombre d’instances prennent les décisions en matière d’agriculture. Elles sont très fermées. Il faut les ouvrir à la société civile  », estime Olivier Lavielle, représentant du mouvement. «  Des conseils citoyens de l’agriculture et de l’alimentation pourraient être aussi créés, et devenir de vrais lieux de décision  », espère-t-il.

Des états généraux de l’agriculture et de l’alimentation

Pour mieux dessiner cette transition agricole, les associations proposent en outre l’organisation d’États généraux de l’agriculture et de l’alimentation dès cette année. Enfin, pour financer tout cela, elles militent pour une réorientation des budgets de la de l’Union européenne, avec une «  rémunération des services environnementaux et sociaux  » rendus par les agriculteurs et leurs fermes, alors qu’aujourd’hui la majorité des aides sont liées à la quantité d’hectares de l’exploitation.

Munies de ces propositions et des résultats du sondage, les organisations vont démarcher les candidats afin d’obtenir des "engagements précis". «  Et pour appuyer nos demandes, nous avons lancé une avec un objectif de 200.000 signatures  », signale Stéphen Kerckhove.

Voir en ligne :

Source : Marie Astier pour Reporterre

Photos :
. un maïs population (©Marie Astier/Reporterre)
. © Anaïs Cramm/Reporterre

Lire la suite : https://reporterre.net/Faites-de-la-France-le-premier-pays-bio-d-Europe-demandent-aux-candidats-les

Partagez cet article
La tribu a la parole : A vous de commenter !

Vos commentaires, questions, réponses, réactions